Le géant chinois de l'immobilier Evergrande est en difficulté financière. Mais l'enjeu pour le pouvoir chinois est aussi sinon d'abord très politique.

Image inouïe : mardi, on a vu des manifestants devant le siège de l’entreprise Evergrande à Shenzhen
Image inouïe : mardi, on a vu des manifestants devant le siège de l’entreprise Evergrande à Shenzhen © AFP / Noel Celis

Nicolas, il faut commencer par décrypter votre question ! le 15 septembre 2008, la banque américaine Lehman Brothers faisait faillite, entraînant par des effets de domino le monde dans la catastrophe financière que l’on connaît. 

Aujourd’hui, Evergrande, un promoteur immobilier chinois, est en difficulté, il est endetté à hauteur de 260 milliards d’euros parce que les centres commerciaux qui assurent ses revenus ont été fermés pendant le Covid, et il ne va pas rembourser ses emprunts.

Va-t-il y avoir un effet domino sur toute la Chine puis le monde ? 

La réponse est que ce n’est pas un Lehman chinois.  Pourquoi ? Parce que la Chine est suffisamment puissante et riche pour éponger ce problème. 

En revanche, c’est un problème politique que Xi Jinping doit vite résoudre. 

Evergrande a en chantier plus d’un million de logements qui ont déjà été payés par des classes moyennes chinoises et les épargnants craignent d’être spoliés. 

Image inouïe : mardi, on a vu des manifestants devant le siège de l’entreprise à Shenzhen.

Même les caméras de surveillance se sont frottés les yeux de stupéfaction ! Il faut dire que la question immobilière est un énorme problème en Chine : un appartement à Pékin ou Shanghai vaut aussi cher qu’à Paris … 

Le prix des logements, c’est l’angoisse des jeunes parents qui, du coup, ne font plus d’enfants. 

Du coup, Xi Jinping doit décider de renflouer ou non Evergrande, mais aussi de punir ou non les spéculateurs immobiliers. C’est même plus général : depuis plusieurs semaines, il sanctionne les milliardaires (comme le patron d’Alibaba), et il envoie des signaux aux classes moyennes comme s’il était dans une vulgaire campagne électorale occidentale.

Il a limité à trois heures par semaine l’utilisation des jeux vidéos pour les adolescents, avec surveillance numérique : les parents ont adoré, c’est l’Etat qui fait le boulot ingrat d’éducation de leurs rejetons…

Voilà tout ce que cache le dossier Evergrande : de la politique

Peut-on secrètement se réjouir des difficultés chinoises ? Naturellement, la réponse intelligente est que non : le monde est interdépendant, une partie des dettes d’Evergrande sont libellées en dollars, et traditionnellement, les dirigeants qui ont des difficultés intérieures sont tentés de faire les matamores à l’extérieur – donc prennent des risques donc il ne faut pas se réjouir. 

En réalité, personne ne versera une larme sur les cailloux que trouvera l’Empereur Xi Jinping sur la route qui doit le mener à la première place mondiale.