Deux pépites tricolores ont levé à elles deux plus d’un milliard de dollars auprès d’investisseurs pour financer leur développement : Sorare et Mirakl.

Sorare
Sorare © AFP / Jakub Porzycki / NurPhoto

Je suppose que 99% de nos auditeurs (et je suis généreux) n’en ont jamais entendu parler ...

L’une des deux entreprises commercialise des vignettes de football numériques (comme les Panini il y a longtemps) et l’autre édite des logiciels pour les places de marché numériques, qui permettent d’acheter en ligne des produits. 

Mais ce qui est intéressant est que le monde digital décolle vraiment : lundi, OVH, le roi du cloud européen (l’hébergement des données dans des serveurs) avait aussi confirmé son entrée en bourse. 

Clairement, il se passe quelque chose

  • Cela veut dire d'abord qu’il existe une génération de jeunes entrepreneurs remarquables. Il y a longtemps, le président Bush junior (le fils) s’était (dit-on) moqué de nous en disant : "en français, le mot entrepreneur n’existe même pas !" Chacun (sauf lui) sait que c’est un mot français, mais la preuve est faite : ici, oui, il y a une génération digitale. 
  • La 2ème leçon est que la crise du Covid a vraiment accéléré le temps. Il y a, partout, une énorme accélération du numérique  : avec des outils techniques, avec des produits pour les consommateurs, et avec plus d’intelligence artificielle. Dans nos vies pratiques, nous avons tous constaté ses progrès : la preuve, quand nous dictons un SMS, ou un e-mail, il n’y a plus de fautes d’orthographe … ! 
  • Et la 3ème leçon ? La French Tech a encore une marche importante à franchir, celle de se faire connaître des Français et rêvons un peu du monde entier avec un produit grand public. En dehors de Doctolib peut-être, ce n’est pas le cas aujourd’hui. 

Nous occupons des niches parce que le rouleau compresseur américain écrase tout

Je vous parlais de Sorare : l’entreprise est très connue dans un certain univers parce qu’elle propose des photos numériques des stars du foot, photos mises aux enchères, avec des joueurs qui participent à des compétitions, le tout authentifié par la technologie NFT, c’est-à-dire par la Blockchain.

Je ne sais pas si Léa, Nicolas et Thomas, vous avez tout compris … Moi je l'avoue : je suis à mon extrême limite ! Il y a un marché et bravo à Sorare : le joueur Antoine Griezmann est un de ses tous premiers investisseurs … Mais on peut certainement aller plus loin.