Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a auditionné Canal+ hier. Il n’est pas impossible que la chaîne cryptée cesse d’être une chaîne de télé.

Bâtiment Canal+
Bâtiment Canal+ © Maxppp / IP3 PRESS

En décembre prochain, Canal va perdre sa fréquence sur la TNT. Son autorisation d’émettre arrive à échéance. Il faut en renouveler la convention. D’autres opérateurs peuvent se présenter : si un gros Youtubeur ou un journal veut une chaîne de télé, il n’a qu’à candidater. Mais Canal , hier, était seul en lice. Preuve, a laissé entendre le patron de Canal d’entrée de jeu, que la TNT, plus personne n’en veut. Et paf ! Le ton était donné, hyper rentre dedans. Au lieu de faire la danse du ventre pour obtenir sa fréquence, Canal a exigé plus que « des mots », des « preuves d’amour » pour la garder. L’époque a bien changé. 

Alors, qu’est-ce que Maxime Saada appelle une « preuve d’amour » ? La baisse de sa TVA. Pragmatique en amour, le monsieur. La TVA des chaînes généralistes est à 20%, la sienne est à 10%, il voudrait la ramener à 7%. Une preuve d’amour en forme de cadeau fiscal, diront les uns. Un juste rééquilibrage, plaident les chaînes privées qui, dans plein de domaines, se sentent diablement entravées par rapport à Netlfix.

Et s’il ne l’obtenait pas sa TVA ? Eh ben, il pourrait, par pur dépit amoureux (les sentiments, rien que les sentiments) renoncer à sa fréquence TNT. En clair (jeu de mot), cesser d'être une chaîne de télé. Son aréopage l’a bien précisé, les abonnés peuvent tous migrer vers la plateforme web du groupe, Mycanal. Et pour ceux qui seraient en zone blanche, il y aura le satellite. 

Que cela changerait-il ? Énormément de choses pour le cinéma français. Leur accord de financement par Canal serait immédiatement caduc, il faudrait le renégocier sur une toute petite assiette. Les réalisateurs et producteurs craignent une perte de 100 millions d’euros par an. Par ailleurs, à la minute où Canal n'est plus une chaîne de télé traditionnelle, sa maison mère pourra la revendre à un acteur dit « extra-européen », un Américain ou un Chinois. Or, Canal détient l’un des plus beaux catalogues de films au monde. Notre patrimoine cinématographique aux mains de Pékin ? Au ministère de la Culture, mais également à l’Elysée, on aimerait trouver des solutions pour que ça ne se produise pas. 

Alors Canal ? Ira ou ira pas sur la TNT ? Ca dépend de comment le gouvernement fera l’amour à Maxime Saada. On est impatient de voir ça !       

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.