Un journaliste du nom d’Edouard Perrin se bat pour faire reconnaître le secret des sources…

Raphaël Halet
Raphaël Halet © AFP / Aurore Belot

Garantir ce secret-là, c’est garantir la liberté d’informer. En outre, derrière chaque « source », il peut y avoir un être humain. Un homme ou une femme qui met un journaliste sur la voie. C’est donc à la fois un principe, une pratique professionnelle et des citoyens que la loi française est censée protéger. Voici l’histoire d’une source que notre justice a laissé se faire broyer. Raphaël Halet.  

Raphaël Halet fait ensuite du secrétariat dans le bureau d’un grand cabinet de conseil, Price Water House Cooper. Un soir de 2013, les enfants sont couchés, il regarde « Cash Investigation ». Le journaliste Edouard Perrin a enquêté sur le Luxembourg, plaque tournante des multinationales qui veulent échapper à l’impôt. Raphaël Halet en tombe de son canapé : à la télé, il reconnaît les papiers qu’on lui demande de scanner toute la journée. Soudain, il comprend qu’il est la petite main d’une grande magouille.

Raphaël Halet contacte le journaliste de « Cash Investigation ». Il prend des pseudos bidon, lui donne rendez-vous dans un café à Metz, Le Canard Enchainé sous le bras. Ce n’est pas un piège. Raphaël Halet remet à Edouard Perrin des documents accablants, pièces maîtresses d’une enquête internationale sur l’évasion fiscale, les « Luxleaks ». 

Sauf que Price Water House n’a aucun mal à identifier Raphaël Halet. Et qu’une juge de Metz autorise l’employeur à faire saisir le matériel informatique du lanceur d’alerte, y compris sa correspondance avec le journaliste. Incroyable. La magistrate reconnaîtra ensuite son énorme erreur, devant les caméras de France 2. Trop tard. Les gendarmes s’empressent d’aider les dirigeants de Price venus intimider Raphaël Halet et sa femme. Brutalisé, menacé - les avocats de Price lui réclament 10 millions d’euros de dommages – ce modeste père de famille  signe un accord de confidentialité et se terre dans le silence, isolé. 

Ainsi se croyait-il à l’abri. Non ! Price le traîne au tribunal en 2016. Là, coup de théâtre, l’homme trahi déballe tout devant une audience médusée. Raphaël Halet est néanmoins condamné, lui, la source que la justice aurait dû protéger. Dans une heure, il accompagnera Edouard Perrin devant la Cour d’appel de Metz qui va rouvrir le dossier.

L'équipe
Contact