La plateforme vidéo Youtube vient d'annoncer qu'elle allait diffuser des matchs de baseball aux États-Unis. Diffusion de treize matchs, en direct, en exclusivité et gratuitement sur YouTube. Le baseball, on n'en regarde pas, en France. Pourtant, cette histoire, à terme, nous concerne aussi.

Balle de baseball
Balle de baseball © Getty / krisanapong detraphiphat

Certes, les règles ne sont pas franchement limpides... Mais ce partenariat entre Youtube et la MLB (la ligue de base-ball américaine) nous concerne parce qu'elle montre l'intérêt croissant des GAFA pour le sport. Rappelons que Youtube appartient à Google. Cela fait plusieurs années, déjà, que les géants du net lorgnent sur les droits sportifs, mais jusqu'ici ils se sont montrés prudents. Sans doute parce que leur stratégie est mondiale et que ces marchés impliquent des licences nationales, le plus souvent. Mais là, les choses bougent.

On pourrait donc, un de ces jours, regarder des matchs de ligue 1 de foot sur Facebook ... La ligue de foot professionnel a déjà dit clairement qu'elle discutait avec Facebook. Twitter est aux avant-postes également, qui a déjà diffusé des matchs de foot américain.

Première réaction de l'amateur de sport : génial, ce sera gratuit, comme ça ! Sur Amazon, non. Mais sur Twitter et Facebook, oui. Et il est vrai que la gratuité du sport à la télé est devenue très précieuse depuis quelques années, depuis Bein Sports et RMC Sport. Le gouvernement vient d'ailleurs de lancer une consultation citoyenne sur le sport à la télévision, avec cette question de la gratuité en ligne de mire. Et nombreux sont ceux qui ont été soulagés quand France Télévisions a décroché les droits des Jeux Olympiques de 2024. 

Mais attention à ne pas nous laisser aveugler par la gratuité. Parce que si les GAFA s'imposent avec leurs gros moyens sur le marché des droits sportifs, il y aura une conséquence immédiate : les prix vont flamber. Les prix que les diffuseurs paient aux ligues sportives pour diffuser des matchs. Et ça, l'exemple de la Formule 1, qui a disparu de TF1 pendant quelques années, montre que c'est dangereux pour la diffusion. 

Et puis surtout, vous connaissez le dicton : "si c'est gratuit, c'est que c'est moi le produit". Regarder un match en direct sur Facebook, ce sera offrir à Facebook de précieuses données personnelles et ouvrir la porte à des pubs toujours plus ciblées, toujours plus personnalisées. On peut considérer que ce n'est pas  grave, pas plus gênant que la bonne vieille coupure pub de la mi-temps. Mais si on y réfléchit, ce serait une sacrée révolution culturelle. Parce que le sport en direct, c'est finalement le dernier bastion de la télé à l'ancienne. Celle qu'on regarde sur une télé, justement. Pas en replay, pas en streaming, pas en VOD. La télé du salon ou celle du bistrot est peut-être en train de perdre l'un de ses derniers pré-carrés. Et ça, il n'est pas utile de comprendre les règles de base-ball pour en saisir les enjeux !

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.