Focus ce matin sur la Slovénie, petit pays discret de l’Union européenne parti en croisade contre les journalistes.

Janes Jansa
Janes Jansa © Getty

Un tout petit pays, certes, mais la Slovénie prendra en juillet la présidence du Conseil de l’UE, juste avant la France. Ce rôle de premier plan mérite qu’on s’intéresse à la liberté de la presse dans cet État de deux millions d’habitants, coincé entre l’Italie et la Hongrie. Pas un hasard, d’ailleurs. Le premier ministre slovène s’appelle Janes Jansa, populiste et anti-migrants virulent, il vomit les médias. Au leader d’extrême-droite italien, Matteo Salvini, il emprunte la hargne. De Viktor Orban, dirigeant hongrois ultra réactionnaire en pleine dérive autoritaire, il imite la morgue menaçante et mensongère. 

Un journal autrichien - extrêmement inquiet de ce qu’il se passe aux portes de son pays - vient de lister tous les leviers actionnés par le premier ministre slovène contre les médias locaux. Janes Jansa a répondu hier, sur Twitter, par la maxime suivante : « Si vous répétez un mensonge suffisamment souvent, il devient une vérité ». Le mot « vérité » est barré, il est remplacé par le mot « journalisme ». Et l’homme politique, bravache, d’inviter la présidente de la Commission européenne à dépêcher une délégation sur place, afin de se débarrasser des contre-vérités et de venir évaluer l’état de la démocratie en Slovénie. Il s’en porte garant ! 

Quelle provocation ! Il y a trois mois, Janes Jansa voulait couper tous les crédits de l’agence de presse slovène STA qu’il qualifiait publiquement de « honte nationale ». 

L’heure est très grave. L’Union européenne a laissé la grande Hongrie franchir toutes sirènes hurlantes les lignes rouges en matière de contrôle de la presse. Épuration des médias publics promptement transformés en machine de propagande, entrave administrative, asphyxie économique des médias privés, rachat systématique par les proches du pouvoir au point de former la Kesma, un véritable empire médiatique au service du gouvernement. La Hongrie de Viktor Orban a viré au cauchemar pour les journalistes non-alignés. Or, elle s’avère le principal allié et le modèle de la Slovénie qui pourrait emprunter le même chemin. Jusqu’où cela va-t-il aller ? Au sein même de l’Europe !  

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.