La justice a donc imposé à France 2 l’invitation de trois candidats supplémentaires à son débat de jeudi pour les européennes.

Plateau de débat télévisé
Plateau de débat télévisé © Getty / simonkr

Débat que vous co-animerez, Alexandra, avec Thomas Sotto, et que France Inter diffusera également sur son antenne. France 2 voulait un débat à 7.  Non convié, Ian Brossat a tapé du poing sur la table. 

Et hop, repêché le candidat du Parti communiste et celui de l’UDI, aussi. Voyant cela, Benoît Hamon, dont la formation, Génération.s, est distincte du parti socialiste, interpelle à son tour la présidente de France Télévisions, puis saisi le tribunal administratif de Paris qui statue et impose à la chaîne publique la venue de Hamon, plus François Asselineau, plus Florian Philippot. Au final, ils seront 12. C’est le contraire de Koh Lanta. Plus on avance, plus ils sont nombreux. Mais pour avoir le temps de dire quoi ? Aïe. On verra.  

Comment rendre les débats électoraux audibles sans renoncer au pluralisme ? Question passionnante qui pourrait se résumer en : "Comment faire entrer la démocratie dans la télé ?". Jusqu’à présent, le record était détenu par BFMTV et CNews ayant réuni 11 candidats, avant le premier tour de l’élection présidentielle. On a vu l’incontrôlable brouhaha auquel cela pouvait tourner. France 2 voulait faire pareil 3 jours avant le scrutin. Trop risqué pour les candidats qui avaient préféré une succession d’interviews individuelles.   

Ah, le feuilleton des débats télé de la présidentielle... Vous vous souvenez ? Ça avait commencé par les primaires. Des joutes à 7, parfois, superficielles, forcément, mais super regardées. Ça s’était achevé par un duel Juppé/Fillon vu par 8 millions de gens. De quoi aiguiser les appétits. A l’orée du premier tour, TF1 avait ouvert le bal, grillé la priorité au service public, mais limité son débat à 5. Nicolas Dupont-Aignan, reçu au JT de la Une, orchestre le scandale. 

Il avait alors saisi le Conseil d’Etat pour s’imposer au débat mais s’était fait débouter. Le débat à 5 ? 9,7 millions de téléspectateurs sur TF1. Un tabac. Toutefois, une chaîne pourra-t-elle faire ce choix en 2022 ? Probablement que non, la présente décision du tribunal administratif - imposant à France 2 12 candidats dont elle ne voulait pas - fera jurisprudence. Rappelons qu’aujourd’hui, le dispositif de France 2 est strictement conforme aux règles du CSA. Un média ne serait donc plus maître de ses invités, donc de son contenu éditorial ? La chaîne fait appel, invoquant une « atteinte grave à la liberté de la presse ». Audience à 16 heures.      

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.