Donald Trump appelle au boycott de AT&T, l’opérateur qui détient CNN.

Un homme consultant CNN avec Donald Trump en arrière-plan
Un homme consultant CNN avec Donald Trump en arrière-plan © AFP / JAAP ARRIENS / NURPHOTO

Une première. Donald Trump boycott CNN

Jusqu’à présent, Donald Trump se contentait d’accuser CNN de propager des « fake news » chaque fois qu’il voulait démentir une analyse ou une information donnée par la chaîne de télévision. « Fake news », invective sous forme d’anathème, brandie pour la première fois le 10 décembre 2016, sur le fil Twitter de Donald Trump, tout juste élu, pas encore investi. Depuis, les relations avec CNN n’ont cessé de se dégrader : « Fake news », à tout bout de champ

Hier, encore, le 45ème président des Etats-Unis reçu à déjeuner par la Reine d’Angleterre et le prince Harry. Son épouse, Meghan Markle, s’est faite excuser pour cause de récente maternité. En réalité, la jeune Américaine aurait publiquement fait savoir ce qu’elle pense de la misogynie de son invité. Celui-ci l’accuse en retour de « méchanceté ». « Fake news » rétorque Donald Trump. Non, CNN partage un enregistrement réalisé par le Sun, un tabloïd britannique. On y entend le président dire clairement de Meghan Markle

« Nasty », méchante. CNN n’est pas le seul média anglophone à avoir diffusé cette séquence. Mais pour Donald Trump, c’est un point de non-retour. Il change de braquet, ne visant plus l’image de CNN, mais son assise économique. La chaîne appartient aujourd’hui au géant des télécoms américain AT&T, premier sur le câble (marché colossal outre-Atlantique), deuxième sur le mobile. Or, le président appelle carrément le consommateur à en boycotter les abonnements pour forcer l’actionnaire à faire pression sur la rédaction. 

Petit rappel. Voulant déjà abattre CNN, Donald Trump, en campagne électorale, avait promis de faire tout ce qui serait en son pouvoir, une fois à la Maison Blanche, pour empêcher le rachat de CNN et de sa maison mère, Time Warner, par AT&T. Un deal dantesque à 85 milliards de dollars, car dans Time Warner, il y a CNN, mais aussi la chaîne des séries HBO (Game of thrones), un énorme studio de cinéma (Harry Potter), etc… Raté ! Même le juge fédéral, nommé par les Républicains, n’a rien trouvé à redire à cette méga fusion et l’a autorisée sans conditions. 

Donald Trump n’a jamais digéré cette déculottée. Ne pouvant compter sur les institutions, il en appelle à sa meilleure alliée, la haine populaire, campant CNN dans le rôle du traître à la patrie qui nuit à l’image du pays. A chaque Américain, il donne ainsi le pouvoir de l’aider lui à faire tomber un média, que dis-je, un ennemi.       

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.