La BBC reconnaît avoir diffusé une série de séquences télé bidonnées.

L’objet du délit, s’intitule « Human Planet », série documentaire, vue d’ailleurs il y a quelques années sur France 5, et consacrée à la découverte des régions les plus sauvages du monde ou comment l’homme s’est adapté à une nature terriblement inhospitalière. Un peu comme les Korowai, appelés aussi Kolufaup, peuplade de Nouvelle-Guinée, vivant dans des maisons de bois, de bambous et de feuilles à la cime des arbres. Loin des parasites pullulant au sol, m’a expliqué hier Wikipédia.

Sans doute que, comme moi, l’équipe de la BBC s’était documentée sur les us de cette province de Papouasie. Sans doute ont-ils été très déçus de ne point trouver la dite cabane haut perchée. Aussi l’ont-ils carrément fabriquée. 

Malheureusement, m’explique cette fois le « Guardian », ce n’est pas la première fois que « Human Planet » agrémente un peu ses tournages. Pas de loup sauvage dans le désert de Gobi, bon ben… ils en ont loué un semi-domestiqué. Pas de tarentule géante dans la jungle vénézuélienne, bon ben… ils en ont filmée une en studio, pour l’insérer ensuite au montage. Faut dire, le résultat est sublime. Jetez un œil aux extraits qu’on trouve sur Internet…

Ces petites magouilles viennent entacher un graal britannique. Les Anglais sont la référence mondiale en matière de documentaire animalier et de films de découverte. Bon, on ne va pas crier non plus au scandale journalistique, il y a eu bien pire. Mais, ça fait réfléchir. Réfléchir à cette Nature sauvage fantasmée par les médias qui, dans la réalité, s’avère de plus en plus difficile à trouver. Même au fin fond de la pampa, ça devient un vrai problème, de ne pas avoir d’antenne relais dans le champ de la caméra.

Par ailleurs, chaque image tournée sur le terrain entre désormais en compétition avec une production numérique dont les exploits graphiques semblent illimités. Où que vous tourniez sur la planète, ce sera toujours moins spectaculaire que ce que peut inventer ou reconstituer la 3D. Il y a dans le bidonnage de la BBC, - c’est beau - comme un aveu de faiblesse du réel. Le réel qui avec ses petits bras tenterait désespérément de lutter pour rivaliser avec l’imaginaire. Je trouve cela émouvant. La nature qui se retire et avec elle, la force d’images dont seule la technologie peut encore faire briller le mirage

Légende du visuel principal:
Quand la BBC "fabrique" la nature pour l'embellir... © Maxppp / EFE / Newscom / Christian Escobar Mora
L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.