Ca s’est joué vendredi : finalement, Canal+ va rester une chaîne de télévision.

Le contraire aurait eu de lourdes conséquences. Je vous explique. Les fréquences de la TNT ne sont pas cédées à vie aux opérateurs mais pour une durée déterminée. La concession de la chaîne cryptée était sur le point d’expirer. Le CSA a donc ouvert un appel à candidature pour savoir qui voudrait remplacer Canal+ sur le bouton 4 de la télécommande. Et vous savez quoi ? Nul ne s’est porté volontaire. 

Le monde de l’audiovisuel change tellement en ce moment que plus personne ne veut investir dans une chaîne de télé à la papa. Même Canal+ s’est présenté à sa propre succession en traînant des pieds. Son PDG, Maxime Saada, a d’ailleurs tenté un petit chantage au passage, réclamant ce qu’il appelait une « preuve d’amour » : soit l’État baissait sa TVA, soit sur la TNT il ne retournerait pas. Canal+ serait ainsi devenue une grosse plateforme de vidéo en ligne, un genre de Netflix. Perspective inquiétante, car n’étant plus une chaîne de télévision française, Canal+ (son très beau catalogue de cinéma ainsi que sa chaîne d’info de plus en plus influente) pouvait dès le lendemain être rachetée y compris par groupes étrangers…  

Finalement, Canal+ s’est fait retoquer la TVA à que dalle et va rester sur la TNT

Mais pas pour longtemps, seulement trois ans, ce qui montre combien le marché de l’image mute vite. Signer une convention au-delà, serait risquer de devenir un dinosaure de la télé quand le média sera réellement abandonné. On vient d’apprendre qu’aux États-Unis, la Warner allait sortir tous ses plus gros films (comme « Dune » ou « Matrix 4 ») sur sa plateforme de vidéo en même temps qu’en salles. En France, on a vu un président de la République accorder une interview exclusive à Brut, un média qui ne diffuse que sur les réseaux sociaux. Ca n’empêche pas le même président de ressembler un nombre record de gens devant la télé, mais peu importe, un sentiment d’accélération s’est emparé de tout le marché : il faudrait migrer d’urgence vers le Web. Cela nécessite une technologie très lourde et très sophistiquée. Peut-être que les trois années de sursis consenties par Canal+ correspondent aussi au temps nécessaire pour mettre ce basculement au point. 

Bref, vous vous souvenez comment le PPD des Guignols ouvrait son journal ? « Nous sommes en 2014, vous regardez l’ancêtre d’Internet, bonsoir ». Et bien en 2020, 2021 et 2023, en regardant Canal+, vous regarderez encore l’ancêtre d’Internet. Vous regarderez la télé. 

L'équipe
Contact