Au Nigéria, Twitter supprime deux tweets du président qui décide, lui, d’interdire Twitter du Nigéria. Une annonce faite... sur Twitter.

Au Nigéria, Twitter supprime deux tweets du président Muhammadu Buhari qui décide, lui, d’interdire Twitter du Nigéria
Au Nigéria, Twitter supprime deux tweets du président Muhammadu Buhari qui décide, lui, d’interdire Twitter du Nigéria © AFP / Ludovic Marin

Le Nigéria est un pays titanesque : 220 millions d’habitants. Le Nord et le Sud, si éloignés, si coupés l’un de l’autre, se regardent en chien de faïence comme deux pays parfois ennemis. Or, le Sud est en proie à l’insurrection et à la violence. Il y a quelques jours, le président Muhammadu Buhari, depuis la capitale, Lagos au Nord, s’en est pris aux fauteurs de troubles du Sud. Il a choisi Twitter pour s’exprimer, car il s’adresse à des jeunes, à des jeunes « trop jeunes », affirme-t-il, pour avoir connu la guerre du Briafra. Cette guerre civile qui a eu lieu dans le Sud, justement, à la fin des années 1960, qui a tué un million de civils et engendré une famine dont les sinistres images ont fait le tour du monde. 

Le président, militaire de son état, en était. A ces jeunes sans mémoire, voici ce qu’il promet : 

« Ceux d'entre nous qui étions sur le terrain pendant 30 mois, qui ont vécu la guerre, les traiteront avec une langue qu'ils comprennent. »

C’est ce message que Twitter a décidé de supprimer. On sent bien qu’il y a, chez Twitter et Facebook (qui vient de fermer le compte de Donald Trump pour les deux années à venir) un avant et un après émeutes du Capitole à Washington. Les réseaux sociaux traitent désormais les comptes présidentiels comme les autres lorsqu’il s’agit d’appel à la haine ou à la violence. 

Réponse du président Nigérian : 

Twitter est suspendu « indéfiniment » au Nigéria

Ironie de la méthode, c’est sur Twitter que l’État fédéral annonce sa mesure de rétorsion contre Twitter. Manière d’adresser un message fort aux Gafa et à l’opinion internationale. Message reçu, car les coupures d’accès à Internet s’avèrent un classique de la gestion des crises en Afrique. L’Algérie a même prétexté des fuites dans les sujets du bac pour verrouiller le Web pendant 8 heures. Le Pakistan, aussi, a recours fréquemment à la coupure. Mais ce qu’il faut retenir, c’est qu’à l’exception de la Corée du Nord et de la Chine (où Twitter compte quand même presque 20 millions d’utilisateurs !), le réseau n’est interdit nulle part ou alors, les interdictions sont ponctuelles et ne durent jamais longtemps. Donc soit, dans les minutes qui viennent, le Nigéria lève la suspension de Twitter et… l’annonce sur Twitter afin de nous le faire savoir. Soit le Nigéria maintient son interdiction, bascule dans un régime ultra-autoritaire à l’égard de l’expression et nous le fait savoir. 

L'équipe
Contact