Dans l’univers des super-héros Marvel, les séries renvoient désormais sur des films qui répondent aux séries. Et vice-versa.

Comment Disney imbrique films et séries
Comment Disney imbrique films et séries © Disney

Univers Marvel

Pour vous repérer dans cette galaxie Marvel, née sur le papier à la fin des années 30, puis déclinée à la télé et au ciné, vous devez entrevoir la stratégie narrative mise au point par la firme dans les années 2000 : le Marvel Cinematic Universe. Il ne s’agit plus seulement de transposer la bande dessinée à l’écran, mais de faire se répondre chaque film consacré à chaque personnage (Thor, Iron Man, Spider Man, etc…), comme une sorte de vaste saga globalisée, consommable en plusieurs petites épopées. Chacune commençant par ce même pré-générique... 

Des histoires individuelles de chaque héros aux Avengers : des films aux séries

Parlons maintenant des supports de diffusion. La série « WandaVision » vient de s’achever, plébiscitée par la critique. Elle commence en noir et blanc, comme « Ma sorcière bien aimée », puis évolue vers un univers plein de super pouvoirs classiques. Neuf épisodes. On le sait : il n’y aura pas de suite. Surprise : juste après le générique de fin, énorme rebondissement qui a laissé tous les internautes sur leur faim. Je dis bien les internautes, car la série a été montrée sur la plate-forme de vidéos à la demande, Disney+. Mais, pour savoir ce qu’il adviendra de Wanda, il faudra se rendre dans les salles obscures, car elle évoluera dans un long-métrage consacré aux aventures de « Docteur Strange », un autre héros Marvel. 

Wanda a eu aussi une existence avant la série, comme la créature qu’elle aime, Vision – les deux personnages sont ainsi réunis dans « WandaVision ». Ils étaient déjà des figures du grand film choral de Marvel, les « Avengers ». Vision y avait même trouvé la mort. La série « WandaVision », c’est donc l’histoire de Wanda, une femme qui, malgré ses supers pouvoirs, ne supporte pas la perte de l’être aimé. C’est l’histoire d’une magicienne qui crée de toutes pièces une sitcom des années 60, pour continuer d’y vivre avec son mari, loin des fracas auxquels les super-héros n’échappent jamais. 

Je récapitule. Chez Marvel, racheté récemment par Disney, tous les films et toutes les séries se réservent le droit de faire évoluer des personnages communs et de nourrir un seul et même grand scénario. Aussi, le spectateur de cinéma risque-t-il bientôt de ne rien comprendre s’il n’a pas, à la maison, un abonnement à Disney+.

De même, l’abonné Disney+, devra bientôt aller au cinéma pour ne pas manquer des chapitres de ses séries. Au lieu de développer deux industries qui se concurrencent ou se cannibalisent, le grand et le petit écran, Disney les imbrique.   

L'équipe
Contact