Déluge de réactions et fans en deuil, la famille Kardashian met fin à son programme de téléréalité, après vingt saisons et 250 épisodes.

Coup de tonnerre ? Là est la question. Retour en 2007. La toute jeune Kim vient de tourner une « sex tape » dont s’empare sa maman, la redoutable et déjà liftée Kris, qui fait faire à sa fille des excuses à la télé pour avoir pêché. La mère contacte ensuite un producteur et lui vend ce qui deviendra l’un des spectacles les plus marquants du petit écran. Les joies et les hurlements d’une famille recomposée de la bourgeoisie californienne.

Un clan écrasé par les femmes. Le premier pater familias est mort, le second a achevé – sous l’œil des caméras – sa transition. Il est enfin femme lui-aussi. Il y a six enfants. Un unique garçon, dépressif, obèse, caché, le seul. Ses sœurs et demi-sœurs sont cinq et ce programme de télévision n’aura mis en scène qu’une seule chose : leur transformation en amazones du 21ème siècle.

Kourtney, Kim, Khloe, Kendall, Kylie : leurs corps et leurs visages, entièrement remodelés. A ce titre, elles ont imposé leur silhouette, mélange de collagène, de fesses énormes et de muscles d’acier. Comme elles ont imposés, blanches, des maris et des amants noirs. Elles ont multiplié les enfants, sans faire de différence entre les grossesses et les GPA. Kim et Kylie ont épousé des rappeurs méga-stars. Elles sont aussi riches, aussi influentes, aussi populaires que leurs mecs.

Car la conquête de leur féminité est indissociable d’une phénoménale « business story ». Kim Kardashian est devenue la cheffe de clan en grandissant. Sur les réseaux sociaux, tout s’imbrique : vie de couple, mioches hyper mignons, publicités ultra léchées pour ses produits, vidéos où elle s’adresse directement à la consommatrice avec un naturel très moderne et – tenez-vous bien – engagements politiques. Oui, Kim va passer le concours du barreau. Elle se bat jusqu’à la Maison Blanche pour une réforme de la justice pénale et parvient à faire libérer des prisonniers longue durée.

J’ai une admiration folle et sincère pour Kim Kardashian. Tant pis pour les ricanements. Que la famille décide l’arrêt de sa téléréalité ne signe qu’une chose : la mort de la télévision. Elles n’en ont plus besoin. La mère et les cinq sœurs totalisent plus d’un milliard d’abonnés sur les réseaux. Elles sont devenues leur propre média : plus vues, plus puissantes qu’aucune chaine. Elles, les créatures de télé. Elles étaient des objets. Elles sont devenues des sujets.     

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.