Prise samedi, une photo d'Angela Merkel et Donald Trump, signée Jesco Denzel, restera le symbole de ce qui s’est joué au G7.

Le président Donald Trump (R) discute avec la chancelière allemande Angela Merkel (C) et entouré d'autres dirigeants du G7 lors d'une réunion du sommet du G7 à La Malbaie, Québec, Canada.
Le président Donald Trump (R) discute avec la chancelière allemande Angela Merkel (C) et entouré d'autres dirigeants du G7 lors d'une réunion du sommet du G7 à La Malbaie, Québec, Canada. © AFP / Jesco Denzel

Donald Trump, assis seul, les bras croisés, le regard insolent et la moue boudeuse. De l’autre côté d’une table étroite, tous les chefs d’Etat qui se penchent vers lui. En première ligne, Angela Merkel, mine très déterminée, bras tendus, en appui sur ses mains, tout le corps en avant vers cette Amérique renfrognée et isolationniste. Cette image restera dans l’Histoire.  

La photo est signée Jesco Denzel. C’est un Allemand de 46 ans. Il est le photographe du gouvernement fédéral depuis 2010. Son job, mettre en image l’action d’Angela Merkel. D’ailleurs, ça ne trompe pas. Chaque membre du G7 a partagé sur les réseaux SA photo de ce moment clé. Or, chaque image s’avère prise sous un angle différent et place SON chef d’Etat en position stratégique. Celle choisie par Macron, par exemple, ne laisse ressortir que son visage à lui, on ne voit plus Angela Merkel, cachée par Justin Trudeau ! Il n’empêche, la photo allemande a supplanté toutes les autres, donnant lieu à des milliers de légendes d’internautes anonymes et autant d’exégèse produite par les grands médias. 

Angela Merkel debout face à un président américain assis. Cette photo en rappelle une autre. 

Prise également au cours d’un G7, en juin 2015, par Pete Souza, photographe de Barack Obama. Dans une verte prairie allemande, la Chancelière, tout sourire, parle en gesticulant. Elle a les bras grand écartés. Face à elle, dos à nous, Obama, assis sur un banc de bois, lui aussi, bras écartés sur le dossier du banc, le corps très relâché. Deux photos, deux G7. La première, de 2015, est prise au grand angle, horizon magnifique, scène baignée de lumière naturelle. Celle de ce week-end est cadrée serré, éclairage blafard, atmosphère confinée. L’Allemagne et l’Amérique, bras ouverts, il y a trois ans. Les mêmes, bustes raides et ramassés aujourd’hui. 

 Angela Merkel (L) fait un geste en discutant avec le président américain Barack Obama assis sur un banc devant le château d'Elmau après une séance de travail du sommet du G7 près de Garmisch-Partenkirchen, dans le sud de l'Allemagne, le 8 juin 2015.
Angela Merkel (L) fait un geste en discutant avec le président américain Barack Obama assis sur un banc devant le château d'Elmau après une séance de travail du sommet du G7 près de Garmisch-Partenkirchen, dans le sud de l'Allemagne, le 8 juin 2015. © AFP / Michael Kappeller

Le plus drôle, c’est que la photo de 2015 avait choqué. Obama mollement vautré face à une femme restée debout pour lui parler, on l’avait traité de mufle dans le monde entier ! 2018, tout s’inverse : Merkel, encore debout, mais c’est son fait d’arme. Trump est assis, cette fois-ci, il subit. 

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.