Les abonnés de « La Croix » se sont émus d’une publicité de la Manif pour tous, distribuée avec leur journal.

Un message sous enveloppe, une sorte de tract : « Entrée bioéthique à haut risque. Aidez-nous à protéger nos enfants. La PMA sans père, une menace humaine et éthique qui nous concerne tous ». C’est un appel au don, à l’approche du débat parlementaire.  

Le directeur des rédactions de  La Croix  a été obligé de s’expliquer hier, dans les colonnes du quotidien. 

Il ne s’étale pas, Guillaume Goubert, à peine 20 lignes, mais il précise que cette campagne de La Manif pour tous relève de la « publicité commerciale » et « n’a donné lieu à aucun partenariat ou échange de fichier ». Il insiste : « Nous ne privilégions aucun annonceur ». Cela signifie que l’association n’a pas bénéficié d’espaces offerts pour soutenir une cause. Que La Croix et La Manif pour tous ne se refilent pas les noms et adresses de leurs abonnés ou adhérents. Enfin, il est précisé que les pubs ne sont pas choisies en fonction de la ligne éditoriale du journal comme la ligne n’est pas dictée par la publicité. Pourquoi tant de justification ? La Croix est un quotidien d’obédience catholique. Or, les catholiques sont montés au front dans le débat sur la PMA.

Pas tous. D’ailleurs les lecteurs de La Croix redoutent que leur journal prenne une position aussi tranchée. 

Le quotidien publie avec une grande honnêteté ce rappel à l’ordre qui dominait hier le courrier des lecteurs. Les uns regrettent l’engagement « outrancier » de La Manif pour tous et les autres jugent inopportun de lui donner ainsi audience « quand on sait à quel point de nombreux chrétiens français sont aujourd’hui tentés par un repli identitaire et conservateur ». Madame P. se raconte lesbienne et maman d’un petit garçon né de la PMA. Si La Croix m’apparaît comme « un partenaire de La Manif pour tous, je me désabonnerai ». Monsieur C. a 28 ans : « Pourquoi sombrer dans les tourments qui divisent aujourd’hui notre société alors que votre journal défend la fraternité et la tolérance ? Pour moi, vous étiez une lueur dans le brouillard médiatique, celle-ci vient brusquement de s’assombrir ».  

Le sens de la mesure, voilà ce qui caractérise La Croix. Belle leçon venue d’un public appelant à la modération et à l’ouverture. Non, les gens ne se repaissent pas forcément de clashs et de sang. 

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.