Au lieu de vendre ses matchs aux chaînes de télé, la ligue de football anglaise annonce qu’elle va lancer son propre Netflix.

Modèle qui travaille aujourd’hui les sports les plus médiatisés et ce, dans le monde entier. La France aussi, un jour, vous verrez. Pourquoi dépendre des opérateurs télé ? Pourquoi les fédérations sportives qui détiennent les droits audiovisuels de leur discipline ne piloteraient pas elles-mêmes la mise en image des compétitions ? Pourquoi, ensuite, ne pas les proposer sur un portail Internet payant ? Puis se mettre directement l’argent des abonnements dans la poche ?

Richard Masters est le patron du championnat anglais de première division, 380 matchs par an que suivent, bien au-delà des frontières de la Grande-Bretagne, 100 millions de téléspectateurs dans le monde sur des chaines payantes.

Le calcul de Monsieur Masters est simple. On proposerait un Netflix du foot anglais à 9 livres sterling par mois, « on aurait 100 millions d’abonnés, soit 11 milliard de livres de revenu par an, au lieu des 8 que rapportent tous les trois ans les droits télé ». Et un taux de résiliation proche de zéro « car personne ne pourrait résister à ce prix », assène-t-il.

De fait, les Anglais, s’ils veulent voir l’intégralité de leur championnat doivent souscrire à Sky Sports, BT Sport et Amazon Prime pour un total de 76 livres par mois. Bref, le projet doit voir le jour d’ici à deux ans.

Sachez que ce type d’offre existe déjà. Le NBA League Pass, par exemple, pour les gros dingos de baskets américains, y compris en France. 30 euros le pack complet, 15 euros les matchs de votre équipe préférée (ça en fait déjà 82 par an), 2 euros pour ne voir que les fins de matchs, etc…. Bien sûr, les grandes affiches de basket demeurent programmées sur les chaines nationales américaines. Mais les matchs mineurs n’ont pas tous un diffuseur. C’est sur Internet qu’on suit le basket.

Vous imaginez un Netflix par sport ? Si les amateurs s’abonnent directement à un sport au lieu de s’abonner à la chaine qui le diffuse, vous imaginez le bouleversement pour les chaines payantes ? Au lieu d’être en concurrence les unes avec les autres, elles seront en concurrence avec les ligues sportives. C’est pas seulement le modèle économique de la télévision à péage qui est remis en question, (le foot leur coûte très cher mais continue de rapporter des abonnés), c’est l’existence même des chaines… Bref, tout ça pour vous expliquer que, demain, plus besoin de la télé pour regarder M'Bappé.

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.