Apple prend tout le monde de court en lançant sa plate-forme de vidéos à la demande dans 100 pays, dès le 1er novembre.

Amazon, Netflix, Apple... Qui gagnera la bataille de l'imaginaire ?
Amazon, Netflix, Apple... Qui gagnera la bataille de l'imaginaire ? © Getty / Maskot

2019, la guerre mondiale des plates-formes

Une mutation technologique, doublée d’une conquête géographique et d’une bataille économique dont les conséquences sont immenses. Allons-y carrément : qui va prendre le contrôle de notre imaginaire ? Et quand je dis « notre », je vous parle d’un enjeu planétaire. Netflix cause déjà à 139 millions de foyers.

Des gens qui, avant, regardaient chacun la télé dans leur pays. Bon, ça ne les a pas empêché d’avaler des kilomètres de séries américaines. Ok, mais c’était des chaines de chez eux, genre TF1, qui avaient le pouvoir de choisir les programmes. Désormais, les Américains font eux-mêmes le programme directement dans nos téléviseurs, nos ordis, nos téléphones en vous laissant l’illusion que vous choisissez vos séries, vos films, etc… Netflix et Amazon Prime sont déjà là. La télé d’Apple arrive dans 7 semaines et l’offre Disney 15 jours après. 

Leur rivalité engendre une déferlante historique d’images animées, patrimoine ou nouveautés

C’est à devenir fou. Il y en a partout. La production audiovisuelle atteint des niveaux délirants. 500 séries produites l’année dernière rien qu’aux Etats-Unis. Émergence tous azimuts de nouvelles voix, de nouvelles formes. Et surtout, un argent dément. On l’a tous connu le temps où le web était un truc « en plus » qu’on faisait « à pas cher ». Le royaume de la bidouille, des jeunes mal payés et des salariés placardisés. Aujourd’hui, le numérique, c’est le nerf de la guerre, là où l’on recrute les cadors et où on met un « pognon de dingue ». 

Netflix investit 16 milliards de dollars pour concevoir des programmes originaux dispo sur Internet. Disney, 15. Apple parle de 6 milliards. Rien que sa future série The Morning Show avec Jennifer Aniston est chiffrée 300 millions de dollars les deux saisons. Et l’on ne parle ici que des géants américains. Attendons de voir avec quelle armada vont débarquer les Chinois… 

Tout ça pour dire quoi ?

 Que cette année 2019, décisive et inflationniste, est celle choisie par le gouvernement français pour une réforme de l’audiovisuel. 

Que ça a commencé par de grosses économies demandées. Comme un contre-sens historique aux vues de ce que je viens de raconter. La France est un grand pays d’image et de cinématographie. Attendons la loi pour savoir si elle le restera. N’oubliez pas : qui va contrôler notre imaginaire ? Question planétaire. 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.