Twitter vient tout juste de créer une fonction de diffusion du son en direct, sans images

Tout peut faire de la radio avec Twitter
Tout peut faire de la radio avec Twitter © Getty / Westend61

Twitter, c’était des messages écrits en 140 caractères. Puis, des photos. Ensuite, Twitter a été précurseur en matière de vidéo : je me filme, je filme ce qu’il y a autour de moi et le réseau social diffuse cela en direct. Ces derniers jours,  des utilisateurs retransmettaient par exemple le concert de U2 à Paris. Ou encore France-Pays-Bas, depuis les tribunes. 

Reste que Twitter, 330 millions d’utilisateurs, est un nain face aux fonctions live de Facebook et Youtube. Ses vidéos peinent à exister. Or, voici que Twitter offre soudain au son, une revanche sur l’image. Car les gens ont un tas de choses à dire sans nécessairement chercher à se montrer.   

Hier, la fonction « son » était si nouvelle, que j’ai eu grand peine à trouver un live sur Twitter. Finalement, Yann s’y est essayé… 

Ca vous paraît un gadget de plus ? Vous vous trompez. Sur mon smartphone s’affiche la photo de profil de Yann (il a choisi un nounours à lunettes) et, de chaque côté, les vagues d’ondes de son qui en émanent, exactement comme sur nos écrans à nous, artisans de la radio. 

Le mot est lâché. Tout le monde va pouvoir faire de la radio en direct, où il veut, quand il veut, sans matériel spécifique, sans montage, sans site internet qui vous héberge. Le studio est dans votre poche, vous tchatchez et tous ceux qui vous suivent vous entendent. Charles de Gaulle aurait pu lancer ainsi son appel du 18 juin. Imaginez les mots d’ordres, les récits des Printemps arabes. Imaginez les prêcheurs et militants en tous genres. Pensez, surtout, à la kyrielle de talk-shows en direct – dont certains ultra-politisés - qui débarquent déjà avec des interpellations d’auditeurs sur le Web. C’est la porte ouverte à tous les débats, mais aussi…. à toutes les confessions. 

La libre antenne, ce ne sera peut-être plus un animateur qui fait écouter la voix de quelques-uns à des millions d’auditeurs. Mais des millions de voix qui s’écouteront les unes les autres, sans plus jamais avoir à dire « Allo Léa », « Allo Nicolas », « Allo Macha »…    

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.