Une présentatrice météo de la RTBF déchaîne les critiques en Belgique : les téléspectateurs la trouvent trop enceinte ! Le ventre de Daniela Prepeliuc a choqué. Trop voyant. Elle est apparue à l’antenne vêtue d’une robe beige à motifs écossais d’un classicisme à dormir debout.

Daniela Prepeliuc, présentatrice météo, sur la RTBF, le 8 janvier dernier avant de partir en congés maternité.  (Capture écran RTBF)
Daniela Prepeliuc, présentatrice météo, sur la RTBF, le 8 janvier dernier avant de partir en congés maternité. (Capture écran RTBF)

Si ce n’est une coupe très ajustée qui soulignent d’autant plus son ventre que la jeune femme est ultra-mince, donc rien d’autre ne dépasse.

Les uns la disent pourtant "transformée en salami transparent", les autres sont persuadés et outrés d’avoir vu son "nombril" affleurer. Ces réactions, la RTBF elle-même a tenu à les publier. Rappelant que, l’année dernière, une autre de ses présentatrices météo avait provoqué des hurlements parce que trop… noire.

Est-il étonnant que la météo déchaîne tant de haine ? 

Non. Les bulletins résistent à l’érosion des audiences. Ils restent massivement regardés. Le présentateur ou la présentatrice entre chaque soir dans les foyers. Pour le public, c’est un familier avec ce que cela suppose de se sentir autorisé. En outre, ce visiteur de l’après-JT est toujours filmé en plan pieds. De sa silhouette, il ou elle ne peut rien cacher. Ce qui s’avère aussi inconfortable pour un homme que pour une femme de télé, savoir son corps à ce point scruté et à ce point commenté.

C’est le cas depuis l’invention de la télévision

Les speakerines de l’ORTF ont suscité des sacs entiers de courriers rue Cognac-Jay. Des demandes en mariages par milliers, mais aussi l’expression du conservatisme et de la misogynie de la France sous De Gaulle. Premier pantalon, scandale, premiers cheveux courts, scandale. Anne-Marie Peysson, première femme enceinte à l’écran, énorme scandale. Elle avait reçu le soutien public de Catherine Deneuve : "Bravo Anne-Marie, je ne vois pas ce qu’une femme enceinte peut avoir d’indécent".

C’était il y a 55 ans. Les réseaux sociaux ont remplacé les sacs postaux

Mais ce ventre qui dit le coït, la sexualité, demeure une obscénité. En outre, une femme s’avère, avant même d’accoucher, toujours taxée de mauvaise mère parce qu’elle travaille au lieu de couver. Du moins, ne devrait-elle pas se montrer. Les présentatrices télé demeurent-elles le maître étalon de ce que les femmes peuvent s’autoriser dans une société ? En tous cas, nos consœurs belges, ayant essuyé racisme et sexisme, peuvent en témoigner. Les mœurs n’ont pas complètement changé.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.