Tout est affaire de convention dans les médias, et l'usage du "tu" et du "vous" est loin d'être anodin.

Lors des conférence de presse quotidiennes de l’équipe de France de football, les journalistes tutoient les joueurs. Réaction immédiate sur Twitter : "Quel degré de connivence ! Que dirait-on si les journalistes politiques se permettaient cela !" "Connivence", eh bien, je ne suis pas d’accord. En réalité, beaucoup de journalistes ne fréquentent pas, même connaissent à peine un Paul Pogba, cadenassé très jeune dans un centre de formation, évoluant toute l’année à l’étranger et fuyant la presse. Ils le tutoient parce que dans ce milieu-là, on utilise le "tu" depuis très longtemps. 

En politique, les journalistes sont bien plus nombreux à côtoyer les hommes politiques et à les tutoyer. Seulement, tout est affaire de convention dans les médias. L’entre-soi étant l’ultime repoussoir de l’interview politique, le "vous" y est incontournable. Karl Zéro tutoyait ses invités politiques dans son Vrai journal. Il disait casser ainsi l’hypocrisie du langage utilisé à l’antenne. C’était, il y a vingt ans, pure provocation.

Depuis, l’usage du "tu" et du "vous" a évolué. 

Le magazine Les Inrockuptibles a souvent – dans ses interviews écrites – tutoyé des géants du rock ou du ciné, retranscrivant l’intimité qui a pu se créer au cours d’une rencontre. Le "tu" demeure néanmoins rare dans la presse. Il est l’apanage des radios musicales. Il est quasi proscrit des stations généralistes. Quoique, maintenant, on se tutoie allègrement dans Les Grandes Gueules et les soirées de RMC. 

Mais c’est en télé qu’il s’est le plus imposé. Yann Barthès, dans Quotidien, tutoie tous ses chroniqueurs sur le plateau. Question de "cool" et acte de rupture avec la "vieille télé". En revanche, Barthès vouvoie méticuleusement ses invités. 

Cyril Hanouna a longtemps fait l’inverse, tutoyant facilement ses invités lorsqu’ils sont de vieux copains. Mais imposant le "vous" à ses chroniqueurs. Hanouna voulait son show proche des gens, donc maintenait cet artifice pour ne pas les en exclure. Bon, depuis quelques temps, Hanouna a lâché, il tutoie tout son plateau. Barthès et lui sont regardés par 3 millions de personnes tous les soirs. Va falloir t’y faire, Nicolas !

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.