La nudité de Corinne Masiero sur la scène des César a beaucoup choqué. C’est pourtant un grand classique ! Le nu à l’écran n’est plus un événement, c’est une banalité. Quant au nu en guise de protestation, c’est carrément un happening éculé.

À poil ! Le happening préféré des médias. En 1974, un hippie parvient à fracturer la ceinture de sécurité des Oscar et traverse la scène nu.
À poil ! Le happening préféré des médias. En 1974, un hippie parvient à fracturer la ceinture de sécurité des Oscar et traverse la scène nu. © Getty / Bettmann / Contributeur

Ce qui m’interroge depuis vendredi soir, c’est pourquoi l’irruption de ce corps dénudé dans le champ médiatique produit encore son effet : il transgresse, il agresse. 

En 2015, déjà, un dramaturge, Sébastien Thierry, harangue le public des Molière total à poil pour alerter sur la situation des intermittents. Séquence archi prévue par le présentateur, Nicolas Bedos, qui voulait une cérémonie « incorrecte » sur France 2.

Impensable aux États-Unis. Et bien si ! En 1974, un hippie parvient à fracturer la ceinture de sécurité des Oscar et traverse la scène le zizi bringuebalant en adressant un signe de paix au parterre de stars hilares, mais surtout aux téléspectateurs de la chaîne NBC qui ne s’en sont pas remis. 

La même année, un gars pénètre pour la première fois la pelouse du match de rugby Angleterre-France qu’il traverse les fesses à l’air

Jubilatoire ! 

Ce phénomène sportif est baptisé « streaking », il se développe à mesure que les téléviseurs entrent dans les foyers et que grimpent les audiences.

Ces séquences de nu impromptu, au milieu des joueurs en maillots et des flics en uniforme, étant abondamment relayées, très vite, les corps se sont couverts de messages assurés d’un écho médiatique. 

Le nu comme symbole de détresse et comme accélérateur de visibilité, les Anglais adorent ça. 

Face à Margaret Thatcher, les mineurs avaient défilé dans les rues, vêtus de leurs seuls casques et ceinturons. Plus récemment, une économiste réputée, professeur à Cambridge, s’est dévêtue en pleine matinale télé, elle avait écrit sur sa poitrine « Le Brexit laisse l’Angleterre à nu ». Dans le même registre, je ne vous présente plus les Femen, activistes qui ont poussé loin, très loin, l’art de faire de leur corps un champ d’action politique et d’expression médiatique.

Sachez que chez nous, sur les réseaux sociaux et dans la presse quotidienne régionale, nombre de coiffeurs, de patrons de bar, de tapissiers, de dentistes – activités dites « non essentielles » durant le premier confinement - se sont déshabillés pour faire savoir qu’il ne leur restait plus rien. 

Ainsi Corinne Masiero s’inscrit-elle dans une longue tradition populaire et militante. Certes, elle a couvert de sang son corps pour heurter plus encore, exprimer la colère et la souffrance. Mais elle s’est surtout mise nue telle qu’en elle-même, une femme de presque 60 ans. Est-ce cela qui a tétanisé ? 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'équipe
Contact