Cyril Hanouna, a lancé une nouvelle émission, "Balance ton poste". Des débats "pour / contre". Puisque toutes les vendredis soirs, passé 23 heures, sur C8, il faut trancher "pour" ou "contre" dans "Balance ton poste". Je vous propose, moi comme question, "pour ou contre 'Balance ton poste ?'".

Extrait du débat : Bouchers VS Vegans, du 21 septembre 2018 sur la chaîne C8
Extrait du débat : Bouchers VS Vegans, du 21 septembre 2018 sur la chaîne C8 © Capture d'écran de l'émission "Balance ton Post" de Cyril Hanouna

Pour "Balance ton poste"

POUR, d’abord. En troisième partie de soirée, sur la TNT, vous n’avez qu’un minable robinet à téléfilms. Cyril Hanouna, lui, y impose du direct et du débat de société. Par ailleurs, il utilise les codes de son show quotidien « Touche pas à mon poste », spectacle, parole sans filtre, grosse marrade et réseaux sociaux à tout va, pour amener un public qui se désintéresse de la chose publique à s’y pencher, mieux à s’y impliquer. Enfin, il tend le micro à tous les quidams qui veulent se confronter à l’opinion publique, mais aussi aux représentants de tous les courants, même les plus extrêmes. Raccrochant ainsi une partie de la population qui se sent exclue des médias. 

Contre "Balance ton poste"

CONTRE, maintenant. Mais qu’est-ce qu’on en a à cirer de donner la parole à tous quand la façon dont est posée le débat ne fait le jeu que de quelques uns ? Tout est dans l’intitulé. Vendredi : « Pour ou contre la Burqa ». C’est une loi ! Et, « Pour ou contre l’IVG ? ». C’est encore une loi, votée en 1975 par les élus de la Nation, par la représentation populaire. C’est la France qui a voté. Comme l’abolition de la peine de mort, comme la dépénalisation de l’homosexualité, comme le suffrage universel que quoi ? C8 va remettre en débat si l’actu l’exige ?

Autre type de questions posées dans l’émission, toujours avec un hashtag : « Marcel Campion, victime ou coupable ? », « Jacqueline Sauvage, victime ou coupable ? ». Dans le cas Campion, le tribunal ne s’est même pas encore prononcé sur l’homophobie supposée de ses propos. Dans celui de Sauvage, deux Cours d’assise ont rendu leur verdict, « coupable ». 

On donne à la twittosphère l’illusion qu’elle peut se substituer à la République et à la Justice. Or, Twitter n’est pas le peuple. Tweeter n’est pas voter. Tweeter n’est pas juger. 

Les fondements de notre démocratie sont ici jetés en pâture sur l’autel d’un spectacle trompeur, parce que faussement civique. On ne confère pas le pouvoir au peuple en faisant cela. Au contraire, on méprise les institutions qui le lui garantissent. 

Trompeur. Tristement trompeur. 

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.