Le réseau social Snapchat fait sa mue et ça fait hurler les médias.

Snapchat, c’est le réseau social de Nabilla :

Extrait de Nabilla 

Comme tous les garçons et les filles de la télé-réalité, Nabilla se filme et se poste sur Snapchat, 50 fois par jour, vantant les mérites d’un produit qu’elle est payée pour essayer. Qui la regarde ? Vos ados qui se désinscrivent de Facebook et migrent en masse sur Snapchat. Parce que les histoires s’y racontent à travers des photos et vidéos de 10 secondes et que ces images disparaissent en 24 heures. Ca permet, entre autre, de se filmer tout nu sans laisser de trace. Snapchat, c’est le royaume du cul pour teenagers. Mais pas que !!!! C’est aussi vers là que tendent tous les médias qui cherchent désespérément à garder le contact avec les jeunes. 

Aux Etats-Unis, tous les grands médias, CNN en tête, fabriquent de l’info sur mesure pour Snapchat. 

En France, « Le Monde », « l’Equipe », « Paris Match » ou « L’Express » y sont aussi, regroupés dans un onglet spécifique. Mais cette semaine, vous savez ce qui leur arrive à nos vénérables organes de presse ? Snapchat les a mélangés avec ce que le réseau considère être des « influenceurs » de même niveau. Ce matin, les stories du « Monde » (sur Snapchat, on dit « story ») sont logées entre celles de Jessica des Ch’ti et celles de Nicolas des Marseillais. De son côté, « l’Express » lutte désespérément contre Mélanie Da Cruz, une ancienne de Secret Story. Pendant ce temps, Nabilla continue son blanchiment. 

Extrait Nabilla

Dis comme ça, c’est comique. En réalité, ça valide le rapport que la nouvelle génération entretient déjà à l’information. Lorsque « La Croix » publie sa mesure annuelle de confiance dans les médias, un chiffre passe inaperçu. Un gros tiers des Français, dont 82% des moins diplômés, ne peuvent pas citer leurs principales sources d’information sur le Web. Plutôt le site de BFM ou le compte Twitter de Jeremstar ? Pff, aucune idée. Avant on disait, « vu à la télé ». Maintenant, on dit « vu sur Internet ». C’est devenu une source globale et indifférenciée. « Qui parle ? », question idiote, les gamins ne se la posent même plus. D’ailleurs sur Snapchat, « L’Express » et Nabilla parlent au même endroit. Sur Snapchat, « L’Express » et Nabilla, même combat !   

Légende du visuel principal:
Nabilla Benattia lors de la dedicace son livre" Trop Vite" à la librairie Charlemagne en juin 2016 © Maxppp / Patrick Blanchard
L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.