Les policiers de Los Angeles ont peut-être trouvé le moyen de ne pas se faire filmer en action.

Avec la musique, les policiers ont-ils trouvé le moyen de faire arrêter la diffusion de vidéos les concernant ?
Avec la musique, les policiers ont-ils trouvé le moyen de faire arrêter la diffusion de vidéos les concernant ? © Getty / Roberto Machado Noa

Le site d’information Vice, aux Etats-Unis, relaie les interrogations d’un activiste nommé Sennett Devermont. Un type très suivi sur les réseaux sociaux, qui couvre régulièrement les manifs et autres opérations de police. Il en tire des vidéos ou retransmet en direct comme le ferait chez nous un Rémy Busine ou plutôt un Taha Bouhafs, car ce Sennett Devermont semble très engagé. 

Récemment, Sennett Devermont entre dans un commissariat et entame une conversation avec un sergent qui comprend vite que leur échange est diffusé en direct sur Instagram. Aussitôt, le policier dégaine son téléphone portable et s’en sert pour diffuser… de la musique. Sennett Devermont lui demande plusieurs fois de baisser le son, l’agent ne bronche pas. 

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le vidéaste se rappelle alors que ce n’est pas la première fois. Deux semaines auparavant, le militant s’était approché d’un policier de Los Angeles. Même réflexe. Le flic avait compris qu’il est filmé, extirpé un téléphone de sa poche, fouillé sa playlist et sélectionné son arme fatale : les Beatles

Sennett Devermont se marre. Mais il comprend vite. Les ayant-droits des Beatles sont réputés pour attaquer quiconque diffuse tout ou partie d’un morceau sans autorisation. Les géants du web traquent sans relâche les extraits abusivement utilisés dans les vidéos partagées. En clair, quoi de mieux pour faire supprimer une séquence que d’y imposer les Beatles en fond sonore ? D’ailleurs, pendant les mouvements Black Live Matters, les réseaux ont éliminé des milliers de vidéos qui comportaient de la musique.  

De là à en faire une tactique ? Il y a trois jours, Sennett Devermont, toujours caméra au poing, entre en contact avec un agent de Los Angeles, le soir, sur un trottoir. Il est immédiatement reconnu. Il n’a même pas le temps de poser sa première question que ... Les Beatles, rebelotte ! 

Les flics planqués derrière la protection du droit d’auteur ! Ça a quelque chose de cocasse, ces chansons qui servent de paravent aux agents. La séquence de Sennett Deverment que met en ligne vire d’ailleurs à l’absurde… Elle en serait comique s’il n’y avait pas là quelque chose d’aussi cynique.

L'équipe
Contact