La décision a été officialisée hier, la Bulgarie n’ira pas à l’Eurovision. Trop cher. C'est plus important qu'on peut le penser a priori... Sonia Devillers nous explique.

Le groupe bulgare Equinox, avec la chanson "Bones", représentait la Bulgarie lors de l'Eurovision 2018
Le groupe bulgare Equinox, avec la chanson "Bones", représentait la Bulgarie lors de l'Eurovision 2018 © AFP / Francisco LEONG

Pourtant, la Bulgarie y était l’année dernière, avec le groupe Equinox qui célébrait « The love beyond de bones », « l’amour au-delà des os » :

Et aussi l’année d’avant, un gosse de 17 ans, Kristian Kostov, très joli et bien mis qui a fini deuxième en chantant rigoureusement la même soupe pop que tous les pays. En mieux. 

L’année d’encore avant, Poli Guénova, habillée comme on s’habillait futuriste dans les années 1980, chantant rigoureusement la même soupe pop que tous les pays. En moins bien. 

Mais là, pour 2019, la BNT a mis le holà

BNT, audiovisuel public bulgare, subit à la fois politique d’austérité et restructuration, nouveau logo et réorganisation en quatre chaînes. Vous l’ignorez sans doute, mais avant d’être un haut lieu de création vocale et scénique, l’Eurovision est une vaste machine de télévision

C’est le diffuseur local qui produit, en quelque sorte, et accompagne le candidat national. Il faut le financer. La télé bulgare a déjà déclaré forfait pour des raisons budgétaires en 2014 et 2015. Les défavorisés de cette compétition, ce ne sont pas les petit pays, mais les petites télés.  

Pour les artistes bulgares, ce télé-crochet international constitue une rarissime occasion de se faire connaître à l’étranger. Or, les succès que vous avez entendus sont le fruit d’une délégation à l’Eurovision dont les trois membres clés ont été démis par la BNT. La recette « texte en anglais et électro de supermarché » a peut-être du plomb dans l’aile. 

Reviendra-t-on aux inénarrables candidats de 2007, un duo homme-femme, sorte de Mad Max en guêpière rouge et cuir noir ? Avec force tambours, vocalises et flammes de l’enfer sur écrans géants ? 

Au moins, c’était du bulgare ! La Bulgarie a participé à l’Eurovision avant d’adhérer à l’Union européenne. Car, ça n’a rien à voir. Israël et l’Australie en sont aussi. 

À la manœuvre, l’UER, Union Européenne de Radiodiffusion, un organisme suisse favorisant l’échange de programmes entre 56 pays. D’où une spectrographie économique et géopolitique toujours beaucoup plus intéressante que… ce qui s’y chante.  

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.