Twitter a annoncé la fin de Periscope, son application qui permet de tourner de la vidéo et de la diffuser en direct… Et tout le monde s’en fiche !

Periscope, le pionnier
Periscope, le pionnier © Getty

Aujourd’hui, cela paraît une évidence d’être en live sur Facebook ou sur Twitch… Pourtant, cette révolution, on la doit à Periscope, qui n’était pas tout à fait pionnier, mais qui s’imposait comme le plus facile à utiliser. En 2015, donc, chacun a pu réaliser une performance qui était jusqu’à alors réservée à la télé : émettre sur un canal en direct depuis n’importe où dans le monde, grâce à un simple téléphone portable… 

Imaginait-on il y a cinq ans tout ce qu’allait bouleverser la démocratisation de cette pratique ? Non. De Periscope, on a commencé par pointer les apprentis sorciers. Les matchs de foot piratés en direct par des téléspectateurs qui filmaient l’écran de Canal+. Ou bien le joueur du PSG, Serge Aurier, traitant son coach de « fiotte » sur Periscope. J’ai comme l’impression que ça a flingué sa carrière…  On sous-estimait encore la portée de ces vidéos… De même que la première agression en live (deux jeunes qui castagnent un type à Bordeaux pour gagner des followers) fut un choc, comme le premier suicide d’une ado se jetant sous un RER son téléphone, caméra allumée, à la main. Tout cela obligea les géants du Web à promettre des garde-fous. 

Pendant ce temps, une autre bascule s’opérait. En mars 2016, place de la République à Paris, la foule, qui protestait contre la loi travail, décida de ne plus rentrer se coucher. Les manifestants passèrent leurs nuits debout et – bien avant les gilets jaunes – conspuèrent les chaines d’info qui couvraient l’évènement. Ce mouvement d’occupation spontané s’organisa et prit soin, notamment, d’animer ses propres médias grâce aux moyens numériques. De leurs côtés, de tous jeunes gens, dont un certain Rémy Buisine, affluèrent vers le centre de Paris et retransmirent en direct ce qu’ils y filmaient, réalisant sur Periscope des pics d’audience à faire pâlir les scores de BFM à l’époque. 

Par ailleurs, le climat finit par se durcir place de la République. L’évacuation fut le théâtre de violences policières que des vidéastes amateurs captèrent au plus près. Or, qu’est-ce qui nous agite depuis un mois ? Le Président de la République qui accorde une interview exclusive à ce même Rémy Busine sur Brut, un média visible uniquement sur les réseaux sociaux. Et pour parler de quoi ? De l’article 24 de la loi sécurité globale, qui n’empêche personne de filmer la police mais conteste le droit à diffuser ses images. Tout ça, c’est né avec Periscope.

L'équipe
Contact
Thèmes associés