Chaque année, le CSA publie un baromètre de la diversité à la télé. Des chiffres qui illustrent non pas le grand, mais un flagrant écart entre le petit écran et le pays réel.

Chiffres du CSA à l'appui, Sonia Devillers pointe l'écart qu'il y a entre ce qu'on voit à la télévision et la réalité de ceux qui la regardent.
Chiffres du CSA à l'appui, Sonia Devillers pointe l'écart qu'il y a entre ce qu'on voit à la télévision et la réalité de ceux qui la regardent. © Getty / Felipe Caparros

Sacrée distorsion

Seuls 9% des Français sont cadres, professions libérales et chefs d’entreprise. Or, c’est 60% des personnes visibles à la télé. Moins d’un tiers des Français appartiennent à la catégorie sociale supérieure, 74% à la télévision. 

Vous me direz, « évident, on ne regarde que des séries de médecins et de juges ». Non ! La surreprésentation la plus criante se loge dans les tranches d’information : 88% des gens montrés dans les sujets sont de catégories sociales supérieures ! Le JT adore les Yann Dupré et parle beaucoup plus d’eux, patrons, que de leurs caissières, livreurs ou agents de sécurité, même si c’est pour dire combien la vie est dure quand on dirige une PME. 

Pas étonnant, donc, que nombre de Français expriment le sentiment de ne pas se voir, de ne pas s’entendre, de ne pas se reconnaître à l’écran où les emplois précaires, par exemple, sont inexistants. Seuls les agriculteurs, artisans et commerçants seraient, en proportion, aussi nombreux à l’image que dans le pays. 

En revanche, pour les retraités, c’est insensé. Un quart d’entre nous ont cessé de travailler, mais seulement 2% des gens vus à la télé… Pas étonnant, la lucarne a un petit problème avec l’âge. Quasi pas de vieux et très peu de mineurs. 

Intéressant, également, où vivent les Français vus à la télé ? 

Pour un tiers, dans des villages, comme dans la vie réelle. Mais seulement 3% dans des grands ensembles de banlieue, contre 27% en réalité. 

3%. Et encore, comment sont-ils figurés ces 3% ?  

Par des personnes ayant, selon l’étude, majoritairement moins de 20 ans, non blanches, inactives ou de catégories sociales inférieures, absentes des fictions, ou alors trois fois plus nombreuses à incarner des marginaux, voire hors-la-loi que des avocats. Bref, il y a deux mois, dans cet édito, je m’interrogeais sur  la signification du mot « banlieue » lorsque la télé nous annonçait : « la banlieue ne rejoint pas les gilets jaunes ». Eh bien, cette fois, chiffres à l’appui, je vous le dis, « banlieue » permet de signifier sans le dire, « arabe », « noir », « jeune » et « qui ne travaille pas ». 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.