Hier, le "New York Times" a pris la peine de traduire en français l’article d’un de ses journalistes, auquel Emmanuel Macron a téléphoné depuis l’Elysée !

Emmanuel Macron, président de la République appelant un journaliste du New York Times pour se plaindre d'un article : est-ce vrai ?
Emmanuel Macron, président de la République appelant un journaliste du New York Times pour se plaindre d'un article : est-ce vrai ? © AFP / Ludovic MARIN / AFP / POOL

Pour parler de quoi ? Du biais idéologique dont feraient preuve les médias outre-Atlantique couvrant les attentats en France. Emmanuel Macron déplorant que les Américains soient plus prompts à dénoncer la faillite de l’intégration en ce pays que les crimes islamistes dont il est victime. Deux tribunes auraient ainsi particulièrement déclenché les foudres de l’Elysée : l’une parue dans le Financial Times, l’autre sur le site d’info Politico.

Et de tout cela, le président aurait eu subitement envie de parler à qui ? A Ben Smith, l’éditorialiste du New York Times en charge des médias, plume super star et particulièrement iconoclaste. Ben Smith qui n’hésite pas à tirer contre son camp, ses pairs et même son journal si son enquête ou sa démonstration l’exige.

Son article commence ainsi : "Le président français Emmanuel Macron a quelques comptes à régler avec les médias américains (…) Il m’a donc appelé jeudi après-midi de son bureau doré au Palais de l’Elysée pour me soumettre une plainte". What ? Notre chef de l’Etat décroche son téléphone au débotté pour s’adresser à un confrère américain alors que nous, on ne peut jamais l’approcher ? Mais qu’espérait-il en appelant Ben Smith ? C’était évident que celui-ci balancerait tout. De fait, l’article est ravageur. Peut-être qu’Emmanuel Macron ne savait pas bien à qui il parlait ? Peut-être qu’il a appelé le siège du New York Times au pif et que le standard lui a passé Ben Smith ? J’exagère, mais ainsi raconté ce coup de fil en a étonné plus d’un ici-bas, parce que de tout son mandat, ce président-là, il n’a jamais fait ça…

Bon, à l'Elysée, on raconte une toute autre histoire ... Celle d’un journaliste réputé qui veut savoir pourquoi Politico et le Financial Times ont retiré de leurs sites les tribunes qui ont déplu à la France, qui appelle l’équipe présidentielle, et insiste depuis plusieurs semaines pour pouvoir citer Emmanuel Macron dans son papier. D’où 3 questions et 10 minutes de téléphone accordées jeudi soir.

Le palais précise aussi que le Financial Times et Politico ont décidé seuls de supprimer les deux tribunes en question car elles falsifiaient des propos d’Emmanuel Macron. L’Elysée n’aurait fait que le signaler. Confirmation, par tweet, d’un chef de Politico. Bref, le président français qui "appelle" Ben Smith pour se "plaindre", on n’y est pas tout à fait. Quant à imaginer des grands journaux américains se soumettant à des ciseaux élyséens, on n’y est pas tout à fait non plus.

L'équipe
Contact