France 2 annonce « L’Emission pour la Terre », prime time évènement co-présenté bientôt par Anne-Elisabeth Lemoine et Nagui... Dans différents pays, dont la France et le Danemark, la télévision se met au service de la planète.

La télévision se met au vert
La télévision se met au vert © Getty / WIN-Initiative

France 2 annonce « L’Emission pour la Terre », prime time évènement co-présenté bientôt par Anne-Elisabeth Lemoine et Nagui. Il y aura du Nicolas Hulot – ancien ministre et ancien animateur - dans le lot. Son visage sur le petit écran nous renvoie à il y a 30 ans. Il était l’homme d’ « Opération Okavongo » et d’ « Ushuaïa ». 

Des soirées spectaculaires, un état des lieux visuel de la planète, les années 90, la certitude de Nicolas Hulot : « L’émerveillement est le premier pas vers le respect ». Raté, l’homme a consciencieusement saccagé toutes ces beautés si bien filmées. Et la cause écologique de se trouver dans une impasse médiatique. Le beau fait lointainement rêver. La banquise qui fond indiffère. L’horreur des animaux qui meurent fait peur, donc on s’en éloigne.   

Comment se rapprocher, alors, impliquer le téléspectateur ? 

Comment faire que le combat pour l’environnement entre dans sa vie à lui ? C’est tout le changement qui s’est opéré à la télé, cette année. Au Danemark, samedi, sur la chaine TV2, a eu lieu « Danemark planter traeer », premier téléthon au monde en faveur de la planète. Résultat, deux millions et demi d’euros récoltés (pour 5 millions et demi d’habitants !) et la promesse de planter 900 000 arbres. 

Un peu à hauteur planétaire mais justement, les chaines, après avoir vu très grand - « La Terre vue du ciel » - reviennent à échelle humaine. Un don = un arbre. Mon geste, même minime, compte. Car l’infiniment petit, s’il est reproduit par tous, devient infiniment grand. Sur France 2, il ne sera pas question d’argent mais là aussi, d’engagement. Voilà comment on inverse la perspective. Au lieu de se perdre dans l’immensité du danger, on trouve sa place dans une action individuelle à l’incidence collective.  

Et le symbole de cette collectivité, son moteur, son ciment, c’est la télé. Qui ne fait que refléter et exploiter un profond changement de société mais qui contribue aussi à le renforcer.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.