Le couple Carter a dévoilé hier un clip surprise tourné dans les galeries du musée du Louvre.

APES**T - THE CARTERS (capture d'écran)
APES**T - THE CARTERS (capture d'écran)

Un raz de marée. Vu 9,8 millions de fois à l’heure où je vous parle, le titre est issu de l’album Apeshit. Les deux chanteurs, mariés dans la vie, ont amorcé une tournée commune. 

Beyonce et Jay-Z, costards acidulés et flashy, devant la Joconde. En tenues de soirée, blanches et lamées, devant La Victoire de Samothrace. En apparat princier orientalisant dans une des galeries du musée. Le Louvre, faut-il le rappeler, est l'ancien palais des rois de France. Les deux monstres sacrés de l’industrie musicale américaine mettent en scène leur intimité, voire même leur sexualité, depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux. Désormais, ils inscrivent leur conjugalité dans une nouvelle dimension : celle de la souveraineté.

Beyoncé et Jay-Z sont nos nouveaux monarques. Et de la monarchie, ils s’arrogent non seulement les symboles, mais aussi les droits. 

Dont celui de régner sur les Arts. Flagrant. Que dit ce clip ? LE Couple, c’est nous. LE Pouvoir, c’est nous. LA Culture, c’est nous. Il y a cinq ans, un autre géant du hip-hop, Will.I.am avait tourné au Louvre. "Mona Lisa Smile." Tour de force graphique, le chanteur était incrusté à l’intérieur de toiles célèbres, qui s’animaient au gré de son flow. 

Mais le travail de Will.I.Am relevait de l’hommage émerveillé. De sa passion pour le musée, il tirait également un documentaire, intégrant ses échanges avec l’un des conservateurs en chef. Rien de cela chez Beyoncé et Jay-Z, qui sont systématiquement filmés devant les tableaux. Les chefs-d’œuvres, ce sont eux. Sillon déjà largement creusé par Jay-Z, seul, dans de précédentes productions. Sa femme, surnommé "Queen B", la reine Beyoncé, explore, elle, un univers militant, afro-féministe, de plus en plus politique. 

Dans ce nouveau clip, les deux egos et les deux propos se rejoignent. Beyoncé et Jay-Z inondent le Louvre de leurs danseuses. Ils sont maîtres des lieux, maîtres de l’Histoire et du patrimoine. Ni détournement, ni appropriation. Mais triomphe de la pop culture sur la culture. Ce clip, qui a médusé le monde entier, est coup d’Etat culturel éclatant.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.