Pour s’adresser aux jeunes, les grands quotidiens fabriquent des vidéos pour le réseau social TikTok. L'antre des moins de 25 ans, pour ne pas dire des moins de 16 ans.

Les grands journaux sur Tik Tok
Les grands journaux sur Tik Tok © AFP / FRANK MAY / DPA PICTURE-ALLIANCE

L'âge qui fait faire des cauchemars aux patrons des rédactions du monde entier. L'âge qui se fiche de savoir d'où vient l'info du moment qu'elle vient sur les réseaux sociaux. L'âge qui ne sait pas qui sont, ni à quoi servent les journaux. 

TikTok est le haut lieu des chorégraphies gnangnans ? Qu'à cela ne tienne, le Washington Post, L'Équipe, Le Monde se lancent. Le résultat est assez… déroutant.

Sur TikTok, tout tient en 59 secondes, une gageure lorsqu’il s’agit d’éclairer l’actualité

C'est plus facile pour L'Équipe qui met en scène le sport, façon « _on s’en cause entre pote_s ». Ailleurs, on voit parfois des super spécialistes débiter toute une explication sans s'arrêter pour respirer. Et… éclater de rire à la fin. Sur TikTok, tout est fun. Ainsi, le Washington Post tente-t-il des sketchs avec des personnages un peu absurdes, des interactions très courtes pour délivrer une info. Sur TikTok, tout est incarné. Soyons sérieux : Le Monde n'a pas fait des couettes à Raphaëlle Bacqué, ni des tatouages à un Roger-Pol Droit en short. Ils ont choisi des tout jeunes pour les représenter sur le réseau. 

Néanmoins, c'est là que se produit le plus comique. Les gamins voient débouler ce nom Le Monde et mitraillent des « Té ki toi ? » sous les vidéos. Mieux, je cite : « D'où ils sont sertifier (sic) avec que 300 abos ? », réponse d'un autre utilisateur « C pas le nombre d’abos qui compte, c'est le contenu ou qqun de connu ou des trucs comme ça », retour au premier : « heu tu vois des gens célèbres, là ? », réponse du second : « Ouais, ils ont 1,1 millions d’abo sur Insta ». 

Voilà… comment on jauge le quotidien d’Hubert Beuve-Méry, en 2021, sur un réseau né il y a 4 ans en Chine, comptabilisant 800 millions d'utilisateurs et 5 milliards de vidéos produites par mois.

Quand les grands quotidiens se sont lancés sur Snapchat, ils ont dû se faire une place entre Nabilla et du porno pré-ado. Là, sur TikTok, ce n’est pas l'environnement qui détonne, c'est vraiment une question de langage. Comme disait ma grand-mère : « Va comprendre ».

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.