Oobah Butler, journaliste pour Vice Media, s'amuse à balader ses confrères avec un restaurant imaginaire.

Un restaurant imaginaire devenu le lieu le plus hype de Grande Bretagne, c'est le canular imaginé par Oobah Butler, journaliste pour Vice Media © Theo McInnes
Un restaurant imaginaire devenu le lieu le plus hype de Grande Bretagne, c'est le canular imaginé par Oobah Butler, journaliste pour Vice Media © Theo McInnes

Il est anglais. Il se fait appeler Oobah Butler. Son fait d’arme ? Avoir démontré combien on peut bidonner notes, classements et commentaires sur Tripadvisor, cette plate-forme devenue l’alpha et l’oméga du tourisme mondial. Oobah Butler a donc monté une opération massive autour d’une table, quatre chaises, une bougie et une cabane. Autour d’un restaurant imaginaire. Et il a réussi à en faire, sur Tripadvisor, le lieu le plus hype de Grande-Bretagne. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Dans le jargon du web, on appelle cela un « prank », un canular parfois poussé jusqu’au trash. Ici, ce n’est pas le cas. Il piège la crédibilité d’un gros acteur du marché

Son succès lui vaut des interviews un peu partout dans le monde. À commencer par chez lui, sur Radio 5 et la BBC. Puis, il enchaîne Bulgarie, Inde, Australie... Là, ça devient très drôle. Oobah Butler ne se trouvant ni très beau, ni très bon orateur, il a systématiquement envoyé sur les plateaux des sosies, des faux lui. En mieux ! dit-il. 

Même pour aller chercher un prestigieux prix de journalisme en Norvège. Nul ne s’en est plaint, car nul ne s’en est rendu compte. Oobah Butler a révélé lui-même la supercherie, toujours sur le site Vice News, toujours avec dizaine de photos à l’appui. 

Clichés formidables : tous les Oobah arborent le même tee-shirt blanc, le même jean noir, le même teint blafard, les mêmes cheveux peroxydés et ils discutent les uns avec les autres. Ainsi une expérience journalistique s’est-elle muée en mystification puis, petit à petit, en performance, dans la pure tradition du happening où l’artiste utilise son propre corps pour démontrer l’absurdité du monde dans lequel il évolue.      

Ce que j’aime dans cette histoire, c’est le réel et le virtuel placé au même niveau d’inauthenticité. Le Restaurant n’a jamais existé, construction virtuelle. Oobah Butler n’a jamais donné d’interview, mais sa présence est bien réelle. Les lieux de fictions se démultiplient. Au service de quoi ? De la réalité. D’une mise à l’épreuve de la vérité.    

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

L'équipe
Contact