L'année dernière, le CSA avait infligé trois sanctions financières à la chaîne C8 après des émissions de Cyril Hanouna. 

Cyril Hanouna
Cyril Hanouna © AFP / Joël Saget

Cyril Hanouna s’est complètement calmé depuis ! Et ce, d’autant que la chaîne a déposé un triple recours auprès du Conseil d’Etat.  

Dossier n°1. Cyril Hanouna fait fermer les yeux à sa chroniqueuse Capucine Anav et lui fait toucher son entre-jambe. Ca s’est passé en dehors de l’émission, mais la séquence a été filmée et les images utilisées quand même. Le Conseil d’Etat était hésitant. Une association féministe est venue rappeler que, eu égard au lien hiérarchique entre la jeune chroniqueuse et l’animateur, se rejouait là un stéréotype dégradant pour les femmes. Dans le contexte actuel, le message est clair : C8 avait été privée de deux semaines de publicité avant, pendant, et juste après l’émission. Sanction maintenue.  

Idem pour le canular dont le caractère homophobe avait déclenché un tollé médiatique. Cyril Hanouna prend au téléphone un garçon, dont la voix n’a pas été maquillée, et qui croit répondre à une petite annonce. Jugé discriminant et portant atteinte à l’honneur et à la réputation de celui qui s’est fait piéger. Trois millions d’euros pour C8. Ainsi soit-il. 

Reste une troisième affaire dans laquelle le Conseil d’Etat s’est désolidarisé du CSA. Rappel des faits. A Matthieu Delormeau, autre chroniqueur de Touche pas à mon poste, on fait croire, en caméra cachée, que Hanouna a buté un mec. Ca va durer 24 heures. Delormeau finit par éclater en sanglot sur le plateau de l’émission : le boss lui a demandé de taire le crime. Pour le Conseil d’Etat, il n’y a pas humiliation. Le chroniqueur avait donné son accord pour que soit diffusée cette séquence et l’a commentée lui-même. Preuve, selon le Conseil d’Etat, que le caractère humoristique de l’émission l’emporte sur l’atteinte à la dignité. 

Problème. La chaîne C8 a été privée d’une semaine de publicité dans l’émission concernée. Elle demande donc logiquement à se faire rembourser. Mais qui va payer ? L’Etat, bien sûr. Combien ? La chaîne a présenté sa facture, plus élevée évidemment que l’évaluation des dommages faite par le CSA. Qui tranchera ? Encore le Conseil d’Etat… qui n’en a pas fini avec Hanouna !  

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.