La justice italienne a démantelé un vaste réseau de télévisions piratées. Parce qu’on ne pirate plus seulement des films et des séries, mais des chaines entières, des bouquets, et même la totalité des plates-formes numériques type Netflix.

L'explosion de la télé piratée
L'explosion de la télé piratée © Getty / Tang Yau Hoong

C’est ce qu’on appelle l’IPTV illégale, de la télévision sur Internet et sans autorisation. Un peu comme si des petits gens avec leurs petits bras, dans le monde entier, mettaient en ligne tout ce qui passait sur leur écran, le gratuit comme le payant. Et que vous, vous le récupériez à la maison grâce à un boitier ou une application et un abonnement qui coûte que dalle. Ca s’achète à tous les coins de rue. Attention, c’est de la contrefaçon et c’est passible de poursuites. 

Dans le viseur d’Eurojust, l’agence de coopération judiciaire européenne, les consommateurs, les revendeurs, mais surtout les mafias qui opèrent dans plusieurs pays à la fois. Direction l’Italie. Le parquet de Naples vient de faire arrêter 23 personnes et désactiver l’une des plus grosses plates-formes clandestines Xtream Codes. Elle touchait cinq millions d’utilisateurs, grâce à 800 sites internet et 183 serveurs informatiques. Son réseau commercial était implanté dans toutes les régions (Calabre, Lombardie, Sicile, Vénétie…) pour recruter les clients, mais l’organisation gérait le business depuis un pays étrangers et les deux concepteurs de Xtream Codes s’avèrent grecs. Le délit transnational constitue d’ailleurs une circonstance aggravante.

Reste à comprendre

Qu’est-ce qu’un italien, même grabataire et drogué de télé, peut bien faire de 1000 chaines (c’est ce que proposait XTream) ? S’offrir toutes les séries et même leur replay. Ok. Il peut surtout se goinfrer de… calcio, la Juve à gogo ! Ah l’IPTV, la fête du crampon sans débourser un rond. C’est précisément l’explosion des droits du foot, la main-mise des chaines payantes, la multiplication et la hausse des abonnements qui a poussé le public vers ce marché noir de la télévision

Hier, toute la journée, la fièvre est montée. Retour de la Ligue des Champions sur RMC Sport pour la deuxième saison. Il y a bien, maintenant, une offre groupée avec Canal+, mais, rappelez-vous l’année dernière, c’était un chèque de plus. Et beaucoup ont basculé dans l’illégalité. 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.