Retour sur le mariage du Prince Harry et de Meghan Markle

Le Prince Harry et Meghan Markle, mariés.
Le Prince Harry et Meghan Markle, mariés. © AFP / Alberto Pezzali / NurPhoto

Avez-vous regardé, samedi, la cérémonie sur TF1 ? Il s’y est passé quelque chose d’incroyable. A l’acmé des consentements, le traducteur commet un lapsus et au lieu de nommer la mariée Meghan, il l’appelle « Rachel », comme son personnage dans la série « Suits ». 

Ainsi avons-nous assisté au plus beau final de série que des scénaristes pouvaient imaginer. Une superproduction brouillant toutes les frontières entre la réalité et la télévision. 

Le monde entier a relevé l’irruption de la culture afro-américaine au cœur du protocole monarchique : la chorale gospel, le sermon du pasteur noir, la référence à Martin Luther King. Mais n’est-ce pas ici, aussi, la consécration d’une culture toute entière médiatique à laquelle nous avons assisté ? Au premier rang des invités les plus photographiés par les tabloïds britanniques ? Oprah Winfrey, reine noire des talk-shows américains. Mais également Idriss Elba, acteur anglais, popularisé par la série de la BBC, « Luther ». Prisé au point qu’on s’est demandé si Elba n’allait pas interpréter un jour James Bond. Grâce à lui, 007, joyau de la couronne, deviendrait donc noir. Mais bon, Meghan Markel, dite « Rachel », (ou Rachel dite Meghan, on ne sait plus) vient de lui damer le pion, sortie de son petit écran pour porter un diadème en vrai. Première princesse métisse chez les Windsor. 

Car elle est là, la puissance de la télévision, dans sa capacité à faire émerger de nouveaux visages, donc de nouveaux modèles, donc une nouvelle société. La télé offre la célébrité à ceux qui sont vus. Il suffit pour cela d’accéder à l’écran. Chemin difficile, certes, notamment pour qui a la peau noire. Mais chemin, néanmoins. Alors que la monarchie, elle, confère la célébrité en héritage. Pas besoin d’être vu, il suffit de naître. Harry, comme son père Charles, comme sa grand-mère, Elisabeth, étaient célèbres dès l’instant où ils reçurent un prénom. Meghan, non, elle a dû se faire un nom et elle se l’est fait à l’image. 

Ce ne sont pas les noces de deux personnes célèbres qui furent acclamées samedi. Mais l’union de deux types de célébrité : une célébrité dynastique et une célébrité médiatique. Le petit écran fait roi ou la monarchie faite personnage de série, au choix !  

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.