Cette semaine, l'Édito M se met à l'heure européenne. Chaque jour, le portrait d’une personnalité des médias qui pèse sur l’opinion. Aujourd'hui, portrait d'une jeune allemande qu'il ne faut plus lâcher d'une semelle : Tanit Koch, ex-patronne du Bild et à la tête de NTV, chaîne d’info en continu du groupe RTL.

Tanit Koch, ancienne patronne du Bild, ici en septembre 2017.
Tanit Koch, ancienne patronne du Bild, ici en septembre 2017. © AFP / Steffi Loos

Redoutablement déterminée sous ses boucles d’oreilles en perle et ses chemisiers bleu BCBG, Tanit Koch vient de prendre, à 41 ans, la tête de NTV, la chaine d’info en continu du groupe RTL en Allemagne. Ça vous paraît précoce ? Attendez. En plus, elle va créer et piloter une unité éditoriale centrale qui fournira tous les contenus d’actu des médias de RTL Deutschland, soit 18 stations de radio et 12 chaines de télévision. Autant vous dire que Tanit Koch va peser lourd dans le débat public et que ça ne lui fait pas peur. 

Ancienne patronne de Bild, tabloïd le plus puissant d'Allemagne

Parce qu’à 38 ans, cette fille-là était déjà nommée patronne du Bild, le tabloïd le plus puissant d’Allemagne et le journal le plus lu d’Europe. 25 éditions régionales, onze imprimeries en Allemagne, huit à l’étranger. On a beau chercher en France une femme de cette âge-là directrice de la rédaction d’un quotidien national... Déjà que des femmes dirigeant des quotidiens, chez nous, c’est déjà beaucoup demandé, mais jeunes, c’est exagéré. 

Das Bild, ses unes racoleuses faites de noir, de rouge, de blancs et de points d’exclamation. Son proximité historique avec la CDU, mais sa lourde responsabilité dans la monté de l’AFD (l’extrême-droite). Sa hantise des migrants, son obsession des musulmans. Das Bild, en Allemagne, le journal le plus cité par les autres journaux. Le titre qui invective et interpelle les élus. Bref, le tabloïd qui dicte l’agenda politique. 

Tanit Koch a fait toute ses classe au sein du groupe Springer, propriétaire du Bild. Seulement voilà, une fois à la tête du journal, elle est entrée en conflit ouvert avec le directeur du numérique. C’est ce dernier qui a fini par gagner. Tanit Koch a claqué la porte. Pour s’en aller où ? Chez RTL, le grand rival de la maison Springer. D’autant que les deux empires médias possèdent chacun une chaine d’info et que là est leur terrain de concurrence frontale. Chez NTV, Tanit Koch prend la place d’un sexagénaire très installé. Mais les bras de fer et les mondes d’hommes, elle connaît.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.