Mediapart révèle que le groupe LVMH a fait surveiller François Ruffin et son journal, « Fakir ». Le journal fournit quatre documents qui étayent cette opération d’espionnage durant l’année 2015 et le début 2016.

François Ruffin
François Ruffin © AFP / Martin Bertrand / Hans Lucas

« Mais quelle garantie ai-je que ça ne se poursuit pas aujourd’hui ? », me confiait François Ruffin contacté hier. A l’époque, il n’est pas député siégeant aux côtés de La France Insoumise. Il tourne « Merci Patron ! », documentaire, couronné d’un César. La famille Klur, dans le Nord, privée de boulot, qui demande des comptes au patron de LVMH, Bernard Arnault. Film au vitriol. 

Mediapart raconte comment pendant la préparation de ce film, LVMH a recruté un cabinet, I2F, dirigé par un ancien flic de l’antiterrorisme et de la Brigade financière. Celui-ci ne livre pas le nom de son commanditaire mais reconnaît avoir surveillé les activités du journal Fakir jusqu’à rendre compte de la liaison (non-publique à l’époque) de François Ruffin et d’une collaboratrice. « C'est ma spécialité, explique le barbouze, il existe parfois des groupes activistes qui, sous couvert d'altermondialisme, mènent des opérations offensives ». Côté méthode, il récuse toute accusation de hacking, mais précise qu’il y avait « de fortes dissensions au sein de Fakir et qu’il n'était pas difficile d'avoir des sources humaines ». 

Des sources humaines, donc, des balances… Pire, L’Obs avait mis au jour une autre période d’espionnage de Fakir, en 2014. Poubelles fouillées, fuite de documents. Il y avait alors une taupe au sein de la rédaction. Un certain Marc Foll, probablement un pseudo. D’ailleurs, Ruffin et ses proches l’avaient surnommé « Le Libanais » et s’en méfiaient. 

Plus inquiétant, François Ruffin m’indiquait hier qu’il y a eu manifestement une autre taupe. Mais que celle-là, on ne sait pas qui c’était, ni ce qu’elle a transmis…

Fakir va porter plainte. Mieux, va probablement se constituer partie civile dans un procès qui n’est pas le sien mais dont l’instruction devrait révéler des éléments qui le concerne directement. Ce procès, c’est celui de Bernard Squarcini, ancien directeur central du renseignement, reconverti dans le conseil en sécurité privé pour… Bernard Arnault, entre autre ! Squarcini aurait donc fait surveiller François Ruffin. Si la demande de ce dernier est agréée, il aura accès à l’intégralité du dossier et il saura tout de l’espionnage dont il a fait les frais. Quoique….

Les révélations de Mediapart ne sont pas issues du dossier Squarcini. Donc, quand, comment et par qui LVMH a fait filocher Ruffin et ses journalistes ? Mediapart va pouvoir feuilletonner. Merci Patron.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.