Daft Punk a annoncé sa séparation hier. Et ce duo avait un rapport bien particulier à la communication et aux médias..

Le duo Daft Punk en 2019 à Milan
Le duo Daft Punk en 2019 à Milan © Getty / Marco Piraccini/Archivio Marco Piraccini/Mondadori

Et on en a eu un ultime exemple hier, avec cette fameuse annonce : une simple vidéo, publiée sur YouTube, énigmatique, qui alimente toutes les théories sur les réseaux sociaux, avant qu’une source officielle ne confirme l’hypothèse pessimiste… Oui, cette vidéo annonce bien la fin du célèbre duo.
 

Daft Punk, c’était ça aussi : une communication ultra-maîtrisée et efficace, fondée sur le mystère. Et ce, dès le début.

Le premier mystère, bien sûr, c’est celui de leur visage, dissimulé sous des casques de robots. Un choix artistique et une façon de protéger leur tranquillité - c’est ce qu’ils ont toujours expliqué - mais qui a aussi comme avantage d’attiser la curiosité, celle du public et des médias.
 

Et ils n’ont jamais changé d’avis. A l’heure des réseaux sociaux, à l’heure du selfie roi, Daft Punk n’a aucun visage à montrer, c’est gonflé. A l’heure où les stars du monde entier dévoilent leur quotidien sur les réseaux sociaux, où l’on sait tout des séances de méditation de Gwyneth Paltrow et de la morning routine de David Beckham, Daft Punk ne lâche rien.
 

On se demande même si à force de trop en montrer, les autres désacralisent le statut de star - les Daft Punk, eux, à force de ne rien montrer, sont devenus des monstres sacrés.
 

Et en même temps ce ne sont pas les seuls, ni les premiers, à cacher leur visage...
 

C’est vrai, mais ils vont encore plus loin dans le mystère : ils organisent méthodiquement leur rareté

  • Ils sont rarissimes dans les médias.
     
  • Ils sont rarissimes en concert (ça fait 14 ans, quand même, qu’on ne les a pas vus sur scène).
     
  • Et ils sont rarissimes… En musique ! Ils ne comptent que quatre albums studio en 28 ans de carrière. Et le dernier date de 2013... Ca commence à faire loin.

D’ailleurs, pour la sortie de cet album, le duo avait poussé au maximum sa stratégie de com minimaliste, avec des indices, des petits extraits, dévoilés au compte-goutte, qui avaient généré une surexcitation sur les réseaux sociaux. Daft Punk fait le minimum, il laisse les fans faire le boulot, et ça cartonne.
 

Et ça agace, aussi : les Daft Punk sont traités de mégalos, de snobs, qui privilégient leur marketing millimétré au détriment de leur musique

Mais aujourd’hui, les critiques ont peu d’écho face au flot ininterrompu de lamentations et d’hommages venus du monde entier. Désormais, les fans guetteront le moindre signe de retour, la moindre rumeur… Car Daft Punk a beau s’être éteint, il n’a sans doute pas fini de faire parler de lui.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.