Facebook développe son outil vidéo avec des chaines de télé du monde entier. Et à ce titre, relance l'émission culte «The Real World».

Vous l’avez tous oublié. C’est pourtant le programme fondateur de la télé-réalité, et il date de 1992. L’ouragan Loft Story n’arrivera que bien plus tard : 1999 aux Pays-Bas, sous le nom de Big Brother, 2001 en France sur M6. Mais c’est The Real World qui a tout popularisé. Sept colocataires de 18 à 25 ans, engeôlés dans un spectaculaire appartement qu’ils découvrent à tour de rôle en déboulant valise à la main. Ils seront microtés et filmés H24 pour MTV.

Dans le salon de cet appartement-témoin trône un aquarium qui apparaît sur tous les plans. Les poissons y tournent en rond comme les sept personnages de cette première télé-réalité d’enfermement. Les créateurs de The Real World disent s’être inspirés de la série documentaire de The American Family, diffusée en 1973 sur PBS. Douze épisodes, papa, maman et leurs cinq enfants. De vrais gens à l’écran ! 

La redoutable astuce de The Real World fut d’avoir mixé ce vertige de réalité avec une esthétique 100% télé, très en vogue à l’époque, j’ai nommé le feuilleton américain devant lequel j’ai gâché mon adolescence : Beverly Hills of course ! Des jeunes tous beaux, tous bien peignés, mais inaccessibles dans leur série dorée. The Real World choisit le même genre de gueules d’amour et donne l’illusion au téléspectateur de vivre avec eux. Jour et nuit, ils sont à nous. Manquait une chose, une seule : pouvoir leur parler et qu’ils nous parlent, à nous.    

C’est là que Facebook entre en scène 26 ans après. Sur l’onglet vidéo, Facebook Watch, vont redémarrer trois Real World sur trois continents en même temps. Interactivité en supplément. A travers les commentaires qui accompagnent le flux vidéo, le dialogue se crée entre les habitants de l’émission et l’abonné qui les suit jour et nuit. J’ai affirmé ici que Facebook Watch allait tuer la télé. Tout le monde peut se tromper. Un vieux programme pionnier sur les réseaux sociaux, customisé et démultiplié. 

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.