Cet après-midi sera confirmé le nouveau président de la Rai, le groupe qui réunit toutes les antennes de l’audiovisuel public italien.

Sa nomination fait l’objet d’un feuilleton politico-médiatique assez sidérant de l’autre côté des Alpes. Le résultat n’en est pas moins inquiétant. Le Guardian, quotidien britannique, résume ainsi le journaliste dont je vous parle ce matin : « europhobe, homophobe, anti-immigration, anti-vaccin et pro-russe ». 

Marcello Foa, c’est son nom, va présider les cinq stations de radios et les chaines de télévision nationales, dont la Rai Uno : 25% de parts de marché.

Le 20h de la Rai

Marcello Foa a été choisi cet été par les alliés du gouvernement, le Mouvement Cinq Etoiles et la Ligue d’extrême-droite. Son destin semblait tout tracé. D’ailleurs, le tout jeune vice-président du Conseil des ministres, qui déverse en continu sa haine des médias, compte sur Marcello Foa pour l’aider (je cite) « à purger les parasites » installés par les grands partis à la Rai depuis des décennies. Mais c’était sans compter Silvio Berlusconi, roi du contrôle des médias, furieux de ne pas avoir été consulté sur le dossier : il a bloqué cette candidature. 

Le vieux stentor de la politique italienne dénonce « un pugilat », « une proposition unilatérale ». Pourtant, en choisissant Marcello Foa, qui a accompli une partie de sa carrière à Il Giornale, propriété de la famille Berlusconi, le gouvernement se pensait à l’abri. Raté. 

L'entente retrouvée de Matteo Salvini et Silvio Berlusconi

Il a fallu attendre le déjeuner de dimanche dernier, Matteo Salvini, leader de la Ligue d’Extrême droite, s’est rendu chez Silvio Berlusconi. Les deux hommes se déchiraient. Ils commencent à se réconcilier. Parmi les sujets de cette entente peu ou prou retrouvée, il y a, donc, la nomination maintenant certaine de Marcello Foa à la tête de la Rai.

Mettons de côté la foi catholique revendiquée de Marcello Foa, son ardent souverainisme et ses multiples prises de position en faveur de Vladimir Poutine

Ce qu’égrène aujourd’hui la presse italienne, ce sont les « fake news » que Marcello Foa a façonnées et diffusées en matière de terrorisme islamiste ou de santé.

Légende du visuel principal:
Marcello Fao, président de la RAI © Maxppp / MASSIMO PERCOSSI/EFE/Newscom
L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.