Présentatrice et chef du service météo de TF1, Evelyne Dhéliat vient de fêter ses 70 ans. Un anniversaire que la chaîne a commencé à célébrer dès la semaine dernière dans ses JT.

 Evelyne Dheliat présenté la météo chaque soir sur TF1. Elle a reçu la médaille de la Légion d'Honneur le 24 janvier 2017
Evelyne Dheliat présenté la météo chaque soir sur TF1. Elle a reçu la médaille de la Légion d'Honneur le 24 janvier 2017 © Getty / Frederic Stevens

Et toute la presse qui reprend depuis, sans relever à quel point ceci est inouï. C’est d’une femme qu’il s’agit. Une femme ! Une femme d’image dont la date de péremption est supposée frapper dès la première ride du lion. Combien d’actrices, combien d’animatrices, combien de journalistes peuvent non seulement vieillir ainsi à l’écran, mais voir fêter leurs 70 ans par le média qui les emploie ? 

Evelyne Dhéliat ne s’appartient pas. 

Qu’il y a en cette femme les deux corps du roi. Celui qui vieillit et celui qui symbolise l’éternité de la monarchie. 

Une part d’Eveline Dhéliat, humaine si humaine, vit ce que vivent les Français. La période de son cancer du sein, annoncé avec tant de délicatesse, comme la mort de son époux bien-aimé l’année dernière qui suscita l’émotion du public. Elle se retire de l’antenne. Mais elle revient toujours, impeccable, chaleureuse, s’invitant chaque soir dans les foyers. Elle accompagne les gens dans leur quotidien, elle leur tient la main : savoir le temps qu’il fera, c’est dompter un peu de son destin. Elle est nos souvenirs, elle est nos lendemains. Elle est pudique, mais elle est publique. Nous aussi, on vit sa vie. Nous aussi, avec elle, on vieillit. 

Evelyne Dhéliat, c’est un grand morceau de l’histoire de la télévision. 

Ca, c’est le deuxième corps du roi. Donné à voir à dès 1969. Speakerine sur la première chaîne de l’ORTF. Figure cathodique à travers laquelle s’écrit le livre de la privatisation, de la concurrence entre les chaînes, de la météo, outil de fidélisation, de la fabuleuse narration télévisuelle du ciel, du déclin du 20 Heures, de la résistance insensée de la météo. A portée du moindre clic, toujours massivement regardée. 

Pour la télé, la météo est un îlot d’immortalité. Le roi est mort, vive le roi. 

Evelyne Dhéliat, femme et femme faillible. Mais son avatar télévisuel est l’incarnation d’un règne intemporel qui ne peut que célèbre sa pérennité.   

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.