Apple a annoncé hier le lancement d’un kiosque de presse numérique, Apple News +. Ces derniers jours, les patrons de la presse américaine en rugissaient déjà de colère. Au final, le bulldozer Apple ratisse moins large que prévu, mais il emmanche un sacré bras de fer.

Apple va-t-il dévorer la presse ?
Apple va-t-il dévorer la presse ? © Getty / Michael Short / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

Le géant à la pomme versus les grands journaux américains, New York Times, Washington Post, qui sont, attention, dans une forme éditoriale et financière insolente.  

Vous, lecteur et peut-être client Apple, qui consommez déjà la presse sur Internet, vous vous demandez bien quel serait le problème si, chaque jour, moyennant finances, vous feuilletiez une tonne de titres sur vos iPhone et vos iPad. Et vu que vous êtes 1,5 milliard dans le monde à en posséder, ça en fait des lecteurs, les journaux concernés feraient donc bien d’arrêter de pleurnicher. 

Oui, mais...

Apple se prendrait 50% de commission sur l’abonnement. Sacré manque à gagner pour le New York Times, par exemple, qui vient encore de recruter 120 journalistes. Ils sont 1 600 à la rédaction. On ne fait pas le meilleur journal du monde avec des pommes ! Il faut beaucoup d’argent pour le produire. Ensuite, le New York Times ne cesse de conquérir des abonnés. Il en compte 4,3 millions. Il vise les 10 millions en 2025, des gens qui paient. Maispourquoi continueraient-ils de payer 15 dollars par mois quand, pour 9 dollars, Apple leur promet non pas 1 mais 300 journaux ? 

Comme dirait Tim Cook, patron d’Apple, 

Quand je suis dans un kiosque, j’ai envie de tout acheter. 

Non, en fait, quand on ne peut pas tout payer, on ne peut pas tout prendre. Ça vaut pour les journaux comme pour n’importe quelle marchandise. C’est toute la valeur de la presse qui est en jeu. Un journal peut-il être un produit d’appel bradé destiné à doper les ventes d’iPhone ou à accroître le revenu par client chez Apple ? 

Bref, levée de boucliers face à l’offensive Apple News, les empereurs de la presse quotidienne américaine hier ont refusé de s’allier. Mais le L.A. Times (belle prise), le Canadien The Star et le Wall Street Journal vont y aller ainsi que 300 magazines, dont des pépites, le New Yorker, Vanity Fair. Les cadors de l’imprimerie auront-ils les reins de résister longtemps ? 

Et chez nous ? Apple News + débarque à l’automne prochain. 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.