Les amateurs de football pleurent. Le championnat de France a déjà commencé, et ils ne peuvent pas regarder les matchs.

Ces fans qui n'ont plus accès au championnat de foot
Ces fans qui n'ont plus accès au championnat de foot © Getty / Fuse

Ils sont nombreux dans ce cas, très nombreux, même. Parce que la Ligue de Football a vendu 80% des matchs pour un montant astronomique (plus de 800 millions d’euros par an) à un opérateur espagnol, Mediapro. Parce que ce dernier a promis de créer une chaine ex-nihilo pour diffuser la compétition. Parce la chaine est née mi-août, empruntant à TF1, des commentateurs prestigieux et le nom d’une émission historique, Téléfoot. Parce que la chaine Téléfoot s’avère très chère, 25, 90 euros pour ne diffuser qu’un seul sport, gloups. Mais, même avec la volonté de payer, pas moyen de s’y abonner pour certains, et de la recevoir sur sa télé.

De fait, Téléfoot n’est accessible qu’aux clients SFR (une offre attractive, d’ailleurs), depuis hier seulement à ceux de Bouygues (surtout, prenez votre temps), et un jour bientôt, mais on ne sait pas quand, sur Free. Quant aux abonnés Canal , Canalsat et Orange, que chi la riboulette. Ca fait beaucoup de monde sur le carreau. Encore 20% des Français reçoivent la télé par satellite et Orange pèse, à lui tout seul plus de 40% du marché des fournisseurs d’accès, soit 12 millions d’abonnés. Or, Mediapro et Orange n’arrivent pas à trouver un accord financier, chacun estimant être en position de force…  

Le patron d’Orange dit « Tant pis, en attendant, la chaine Téléfoot sera visible sur Internet »… sauf que, primo, le football, ça ne se consomme pas beaucoup sur son ordi ou sur son téléphone, ça se savoure encore et toujours sur le grand écran du salon, vautré dans un canapé. Secundo, de nos jours, les téléviseurs sont connectés à Internet. Et bah oui, mais nan, pas de chance, là encore Mediapro ne s’est mis d’accord qu’avec Samsung. C’est ballot, si vous possédez une téloche Grundig, Phillips ou Sony, il ne vous reste que vos yeux pour pleurer. Surtout si vous habitez Bordeaux, Nantes, Dijon, Angers, Lille, Rennes, Monaco, Reims, Lorient, Strasbourg, Nîmes, Brest, Nice et Lens, toutes ses villes dont les équipes ont disputé des matchs depuis le 21 août, mais dont les stades sont limités à 5000 spectateurs (c’est minuscule). Pour vous, pas de son pas d’image. Dommage. 

L'équipe
Contact