L’agence de presse américaine, AP, est obligée de s’excuser après avoir effacé une jeune militante noire d’une photo.

Ca s’est passé au forum économique de Davos. La Mecque des puissants de ce monde auxquels Greta Thunberg entendait faire passer son message écologiste. Sauf que, parlant au nom de toute sa génération, elle ne s’y rendit pas seule. Avec elle, une ribambelle d’activistes, toutes des filles, toutes très jeunes. Ravies de se faire photographier avec leurs accréditations autour du cou, les Alpes suisses enneigées en arrière-plan, preuve qu’elles avaient bien fait le voyage. Photo signée Associated Press qui couvrait le forum comme 1001 autres médias ou agences de presse. 

Quatre minois militants. Une photo recadrée en réalité. Sur l’originale, les filles sont cinq. Mais ça faisait trop large et pas harmonieux, il fallait faire vite, donc on a enlevé la cinquième. La seule noire. L’Ougandaise Vanessa Nakate, qui comme ses copines, s’est empressée de poster le cliché dans son entier. Elle a aussi enregistré une vidéo de dix minutes, en forme de selfie, entre confession et mise au point. 

Elle fait bien de se présenter car, selon les médias anglais, une autre agence de presse, Reuters, l’aurait confondue avec une autre militante noire, zambienne celle-ci. Vanessa Nakate dit qui elle est. Elle dit ce qu’elle fait. Elle dit la douleur que c’est de découvrir la photo amputée. Elle cherche ses mots. Elle fond en sanglot. 

Elle raconte surtout l’invisibilité des activistes africains. En termes de représentation, l’écologie est une cause blanche. La militante explique pourtant que son continent est le moins émetteur de gaz à effet de serre mais que les peuples africains sont ceux qui souffrent le plus des ravages en chaines de la pollution. Elle a vu des gens tout perdre de leur vie et de leurs rêves. Qui va porter leur message ? interroge-t-elle. Ai-je moins de valeur parce que je suis noire ? Elle prévient : « Effacer ma voix ne changera rien ». Séquence maladroite, sincère et percutante. Extrêmement virale, aussi. Vanessa Nakate invite à partager la vidéo qu’elle a intitulée « Ce que signifie d’être effacée d’une photo ». Ou comment une jeune femme gravit, en direct, le chemin de croix la lutte pour le climat, comprenant que l’apprentissage politique est un apprentissage médiatique.  

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.