La marque de vêtements Zara suscite la colère des internautes en annonçant avoir engagé une mannequin "ronde" pour sa campagne de pub.

Jill Kortleve, nouvelle mannequin "grande taille" pour Zara
Jill Kortleve, nouvelle mannequin "grande taille" pour Zara © Getty / Peter White

Mieux vaut parfois s’abstenir de crâner. Parce que la « rondeur », voyez-vous, fait l’objet d’un militantisme authentique visant à libérer le corps de la femme des diktats de la mode et du marketing. Mais qu’est-ce qu’une femme ronde ? De quoi parle-t-on ? La nouvelle égérie de Zara, la top model néerlandaise Jill Kortleve, est photographiée dans un tailleur pantalon noir ample et fluide, à croire qu’on s’attache précisément à cacher ses formes. Une blague… 

D’autant que la même Jill Kortleve, quand elle est shootée en maillot de bain pour H&M ou en culotte pour la marque de lingerie Ysé, révèle un joli petit ventre. Je dis « joli » - faut bien - parce que j’ai exactement le même. Et que toutes les femmes ou presque ont le même… Jill Kortleve met du 40-42. Dingue ! La taille moyenne de vêtements des Françaises. Si cette fille est « ronde », qu’est-ce qu’on est nous autres ? 

Cette année, d'autres marques ont frappé fort, mais en silence. Étalées au grand jour, les affiches H&M, je l’ai dit, qui a commencé à diversifier au-delà des couleurs de peau, les morphologies ; les superbes visuels Chantelle soulignant les bourrelets d’une femme avec des sous-vêtements rose poudré façon « seconde peau » ou - encore plus étonnant dans la rue - les réclames Princesse Tam-Tam avec une fille en maillot blanc (ça grossit !) prise de dos, ses fesses et le début de ses cuisses trônant au milieu de l’affiche : on y voyait les… capitons de cellulite. Oui, de cellulite. 

Là, dans le traitement même de l’image, il y a véritablement rupture. Parce que des rondeurs, la presse féminine et l’industrie textile, en ont souvent mises en scène. Quant aux stars, elles bombardent depuis un bail leurs popotins XXL sur les réseaux sociaux. Mais gare au miroir Instagram, comme dans les magazines, c’est le royaume du filtre et de la retouche avant publication. Les corps y sont gros mais beaux, toujours lissés des imperfections qui vont avec la graisse. 

La semaine dernière, Kourtney, 40 ans, l’aînée des sœurs Kardashian, vedette de télé-américaine suivie par 81 millions de personnes sur Instagram, a posté une photo d’elle en maillot échancré laissant apparaître ses vergetures. La Terre a tremblé.            

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.