Elle s’appelle Nyome Nicholas-Williams. C’est une mannequin britannique noire, grande taille, et cet été, elle décide de publier sur Instagram des photos d’elle, issues d’une même séance. Sur ces clichés, elle se met en scène torse nu et recouvre sa poitrine de ses bras ou de ses mains.

Compte Instagram de l'influenceuse Nyome Nicholas-Williams
Compte Instagram de l'influenceuse Nyome Nicholas-Williams © Capture d'écran : https://www.instagram.com/p/CGMjmeVAZlb

Les photos recueillent des “j’aime”, des commentaires positifs... Mais quelques heures plus tard, elles disparaissent : Instagram les a supprimées, pour avoir enfreint son règlement.

Etonnant : on sait qu’Instagram est très pudibon, qu’il y est interdit de montrer des mamelons féminins... Et justement, c’est bien pour ça que la jeune femme les avait recouverts….

Mais surtout, ce genre de clichés est très courant sur Instagram. Elle s’indigne. Pourquoi les instagrammeuses minces et blanches auraient-elles le droit de poser ainsi, et pas elle ?

Bien décidée à en découdre, elle lance une campagne sur les réseaux sociaux, accusant Instagram de racisme et de grossophobie. De nombreux messages de soutien, accompagnés de photos similaires, sont publiés en ligne - et souvent supprimés.

Et l’affaire n’est pas nouvelle : vous vous rappelez peut-être de cette Une de Télérama en février, consacrée aux gros, avec une photo du même type de la DJ Leslie Barbara Butch - supprimée elle aussi. Plus récemment, c’est l’instagrammeuse Céleste Barber, connue pour imiter avec dérision les poses des mannequins, qui a été censurée.

Et comment se défend Instagram ?

L’entreprise a reconnu des erreurs de modération, s’est parfois excusée.

Et elle a juré que le souci ne venait pas d'algorithmes racistes, mais de sa politique concernant le fait de se presser les seins. Alors à cette occasion, on découvre qu’Instagram a une politique sur le pressage de seins - c’est très, très précis les règles d’Instagram. Cette politique assimile ce type d’image à de la pornographie, et visiblement, elle n’est pas claire, et donc mal appliquée par ses modérateurs.

Heureusement, c’est réglé, dit Instagram, le règlement vient d’être modifié.

...Alors accrochez-vous... Vous aurez désormais clairement le droit de cacher votre poitrine en la tenant, en la couvrant ou en croisant les bras. En revanche, attention, il sera toujours interdit de la presser ! Mais cette fois, Instagram clarifie ce qu’il entend par “presser”. Et là je cite la nouvelle définition officielle : il s’agit de "plier les doigts en mouvement de pression, ce qui entraînera un changement de forme des seins". Et ça, c’est mal, c’est interdit !

Bon alors Nyome Nicholas-Williams est ravie d’avoir fait plier Instagram ; moi, de mon côté, je souhaite bien du courage aux modérateurs pour s’y retrouver.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.