Lil Nas X, rappeur de 21 ans, est passé maître dans l’art du séisme médiatique...

Lil Nas X entre dans l'histoire des provocations médiatiques
Lil Nas X entre dans l'histoire des provocations médiatiques © Getty / Mike Coppola/FilmMagic

Ou comment allier le talent à la provoc' et carboniser toutes les étapes de la notoriété. Son nom est dans la presse du monde entier. Ça s'est fait dans les deux dernières années. En 2019, le rappeur sort un premier album unanimement applaudi. Le titre "Old Town Road" fait un malheur dans les charts aux États-Unis. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le clip, un western moderne. Le titre, composé à deux voix avec le chanteur Bill Ray Cyrus, star de la country dans les années 90. Controverse. "Old Town Road" est-il assez country pour être toléré dans les classements réservés à ce genre musical ? Nashville, le temple de la country, peut-il ouvrir ses portes au rap ? Débat sous-tendu par une autre question : un musicien noir né en Georgie peut-il pénétrer le bastion musical de l’Amérique blanche ? Lil Nas X n’est pas le premier afro-américain à frayer avec la country, mais son élimination du classement spécialisé a fait ressurgir le débat. 

Ça ne l’a pas empêché d’être adopté par un public blanc et sudiste. L’idylle sera de courte durée. Lil Nas X fait son coming-out et lance sur Youtube un clip totalement délirant, sorte de fantasy queer, avec perruques et faux cils à outrance…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

43 millions de vues en 4 jours. À la fin du clip, au milieu des flammes de l’enfer, le chanteur en culotte et cuissardes exécute un "twerk", une danse archi sexualisée, sur le corps de Lucifer en personne. Là, l’Amérique puritaine n’a pas apprécié du tout. C’est même un concert de hurlements, au prétexte que Lil Nas X pervertit les enfants. Quant au rap, il n’a pas complètement réglé son histoire avec la communauté gay. Lil Nas X prend donc tout le monde de front. 

Et comme si cela ne suffisait pas, il annonce la sortie d’une paire de basket en série limitée : une "Nike satanique", customisée avec une goutte de sang humain, 666 exemplaires à plus de 1000 dollars pièce. Là, c’est Nike qui attaque en justice, refusant d’être associée à pareil délire. 

Tout s’est vendu. Tout le monde en parle. 

L'équipe
Contact