La radio FM n’est pas morte mais aujourd’hui se déploie le DAB+, une nouvelle technologie de diffusion. Le son s’avère nettement meilleur et impeccablement stable.

C’est un tournant majeur. Il s’agit toujours de fréquences hertziennes, mais d'ondes analogiques, on emer des ondes numériques.
C’est un tournant majeur. Il s’agit toujours de fréquences hertziennes, mais d'ondes analogiques, on emer des ondes numériques. © Getty / Cris Cantón

C’est un tournant majeur. Il s’agit toujours de fréquences hertziennes, mais au lieu de faire voyager dans les airs des ondes analogiques, voici que circulent des ondes numériques. Le son s’avère nettement meilleur et impeccablement stable. 

Fin du grésillement, plus de crise de nerfs porte de Bagnolet (ça, c’est pour les Parisiens) ou sur la petite route de la forêt entre Moliets et Azur (ça, c’est pour les Landais). Partout en France, nous connaissons cet inénarrable trou radiophonique dans lequel disparaissent les voix des animateurs quand elles ne se brouillent pas dans une horrible cacophonie de souffles, de crissements et de stations non identifiées.

Le DAB+ a un autre avantage, il est gratuit

Alors que nos smartphones exigent de la 4G et les forfaits qui vont avec. Bien sûr, tous les postes ne captent pas le DAB+ s’ils sont un peu anciens. Mais tous les véhicules neufs en sont, par exemple, déjà équipés – la loi l’exige. Car le grand enjeu du DAB+, c’est la mobilité. 

Aujourd’hui, les 6 antennes de Radio France ainsi que 19 stations privées (dont BFM Business, Europe 1, Latina, Skyrock, Rire et Chanson, RMC, RTL, Nostalgie, Chérie, etc…) sont lancées en DAB+ sur l’axe Paris-Lyon-Marseille. Ça signifie que chaque agglomération sera progressivement arrosée et que, surtout, on pourra écouter RTL 2, « le son pop-rock », sans interruption tout le long de ce trajet routier que vous traversiez la France pour aller skier, bosser, voir mamie ou bien la Méditerranée. 

Le déploiement du DAB+ s’accélère

Jusqu’à hier, 30% du territoire français était couvert. Voilà qu’à Dijon, radio Pitchoun, Shalom Bourgogne et K6, (la lettre K – le chiffre 6) « la radio 100% Côte d’or », vont se trouver disponibles en DAB+. Bientôt, on comptera un catalogue de 465 stations.

Alors évidemment, grand chamboule-tout à prévoir sur le marché des ondes. Des mini-stations locales se retrouvent avec un bassin d’audience nationale, les nationales se retrouvent avec des concurrentes sorties de nulle part, les annonceurs en ont le tournis et tout cela à un prix. Les radios financent leurs moyens de diffusion. Là, en l’occurrence, elles paient pour émettre sur la bande FM dont on n’a pas programmé l’extinction et elles paient pour émettre en DAB+. Le tout, en devant payer beaucoup pour développer des sites, des applis et des podcasts.

Bref, une période de mutation qui garantit encore une longue vie aux radios… si elles en ont les moyens.   

  

L'équipe
Contact