Premiers voeux de Nicolas Sarkozy "président" hier soir, et un concept nouveau: le chef de l'état a avancé l'idée d'une "politique de civilisation pour 2008"... "Concept fumeux visant à faire couler un peu d'encre"...Voilà ce qu'en disait hier soir Julien Dray, dans son rôle de porte parole du parti socialiste et dans un sens, il n' a pas tort julien dray, si ce n'est sur le concept fumeux, en tout cas sur l'encre deversée à propos de cette nouvelle idée sarkozyenne ... Car grâce à ce nouveau concept avancé hier soir, et bien c'est vrai qu'on a compris que Sarkozy 2008 n'aurait rien à voir avec le Sarkozy 2007. C'est sa bonne résolution à lui, et c'est ce que le président est venu nous avouer en direct à la télé. Oui en 2007, Nicolas Sarkozy fut le roi du pragmatisme, le prince de la réactivité, le magicien de la mesure sortie du chapeau. Un chien mordait un enfant? une loi sur les chiens dangeureux ! Un ex condamné commettaitun nouveau crime? une loi sur les récidivistes ! Un schizophrène faisait de même? Et bien une autre loi sur la responsabilité pénale obligatoire était concoctée, pour être finalement abandonnée Une manière de faire étendue à tous les domaines; quand les sondages laissent apparaitre à la rentrée que les français commencent à douter sérieusement des effets positifs du fameux choc fiscal entrepris par le gouvernement en juillet, et bien Nicolas Sarkozy s'y recolle. Et annonce très vite toute une batteries de mesures pour tenter de colmater les brèches d'un moral défaillant,et d'un porte monnaie maigrichon. Tout ça est théorisé à l'élysée, on avance tous les jours au pas de charge, on tente de résoudre tous les problèmes, quand ils se présentent, rien ne doit échapper au président. Vous savez, un peu comme dans une fête foraine ou dans les jeux videos d'enfants, quand des cibles mouvantes apparaissent partout, n'importe où et à un rythme soutenu... Et bien, Nicolas Sarkozy a joué au tireur d'élite pendant 7 mois, abattant un à un les obstacles qui surgissait devant lui, avec une frénésie insensée. Surtout, aller vite, vite, vite, c'était son credo, son rythme et sa méthode... Et hier soir, qu'est venu nous dire le plus pressé de nos présidents? il est venu nous parler de "politique de civilisation", de " nouvelle renaissance du vieux Monde dont la France serait l'âme. Quel choc! "Nouvelle renaissance", tout de suite, c'est la magnificence et la vitalité du quatrocentto italien puis européen qui viennent à l'esprit, l'âge d'or de la peinture et des arts en général, les nouvelles découvertes et les nouvelles conquêtes, la diffusion d'une culture humaniste, la prise de conscience aussi, d'une identité culturelle européenne... Ah? c'est donc cela le dessein de Nicolas Sarkozy en 2008 ? Lui qui a aimé l'urgence et l'argent, veut tout à coup réintroduire des valeurs et de la morale en politique, lui qui fut comparé à un vulgaire Rastignac du pouvoir, se verrait bien en Laurent de Médicis. Belle résolution à n'en pas douter. Un peu cousue de fil blanc c'est vrai, alors que les premières impatiences et les premières déceptions se font jour dans l'opinion publique sur les résultats, ou le manque de résultat de l'action de nicolas sarkozy, à quelques semaines d'élections municipales qui pourraient bien être l'occasion d'exprimer ces doutes, et après une séquence people-luxe-un brin bling-bling, notamment en égypte. On sent un peu la manoeuvre de diversion de sa part, mais en ce premier jour de l'année, prenons à notre tour la bonne résolution de ne point toujours et systématiquement douter de celle des autres.

L'équipe

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.