• Marc Fauvelle

A Nice, cachez ces drapeaux que l'on ne saurait voir...

Il a rechuté, Christian Estrosi… Lui qu'on croyait guéri du sarkozysme et de ses grosses ficelles. Lui qui le week-end dernier encore, prenait ses distances avec son ancien mentor. Mais voilà, le foot, Marine Le Pen et le climat post-Européennes sont passés par là, et le maire de Nice vient de replonger tête baissée, dans ce qu'il y avait parfois de plus stigmatisant dans la politique de l'ancien président... Hier, Christian Estrosi a donc pris un arrêté interdisant dans son centre-ville "l'utilisation ostentatoire de tous les drapeaux étrangers" jusqu'à la fin de la Coupe du Monde, au nom de la tranquillité publique... On se pince un peu pour le croire. Mais si, c'est bien ça. Trois pages, huit articles pour bouter les drapeaux étrangers hors de la promenade des Anglais, qu’il faudra donc rebaptiser promenade des Français. En la matière, le maire de Nice est un récidiviste, lui avait déjà pris une telle mesure contre les Roms, l'an dernier, eux qui bizarrement, n'ont pas de drapeaux sur leur caravanes...

En réalité, et d'ailleurs personne n'est dupe, ce ne sont pas les drapeaux étrangers que Christian Estrosi veut interdire, mais bien ceux de l’Algérie. On peut donc parier que son arrêté est mort-né, depuis que l’Allemagne a elle aussi bouté l’Algérie hors de la coupe du monde. Ou alors, prenons-le au mot : Christian Estrosi va-t-il envoyer ses policiers municipaux vendredi prochain sous les fenêtres du prestigieux Negresco de Nice, qui lui aussi d'ailleurs arbore des drapeaux étrangers sur sa façade, (mais que fait le maire ??) et exigera-t-il que des touristes allemands qui auraient la mauvaise idée de venir nous narguer avec le drapeau de la Mannschaft, le remettent illico dans leur valise...

Alors se pose bien sûr la question de la légalité de cet arrêté…

Et dès ce matin, un avocat niçois a prévu de le contester devant un tribunal administratif... en pointant la disproportion entre le motif sécuritaire avancé, et le risque de discrimination. Avec un mot qui retiendra sans doute l'attention des juges. Qu'est-ce qu'un drapeau utilisé d'une façon ostentatoire ? Un pin’s aux couleurs de l’Algérie est-il concerné ? Qu'en est-il d'un drapeau peint aux joues d'une supportrice ? Un drapeau tenu sagement en main est-il ostentatoire, contrairement à celui qu'on brandi à la fenêtre d'une voiture ? Voilà qui nous promet un débat aussi passionnant que celui sur le sexe des anges.... mais qu'elle que soit la décision de la justice, le mal est fait. Il suffit pour cela de voir ceux qui ont applaudi à cette mesure... Quelques élus UMP pas très nombreux d’ailleurs, le Front national, et les extrémistes du bloc identitaire, dont le siège se trouve justement à Nice.

Une nouvelle fois, un bout de la droite met ses pas dans ceux de Marine Le Pen, et ouvre la boîte aux amalgames... drapeaux algériens = menace = arrêté anti-drapeaux, et tant pis si tout le monde est dans le même sac. C'est cette confusion, entre autres, que l'UMP va devoir arbitrer si elle veut sortir de l'impasse idéologique dans laquelle elle est plongée depuis 2 ans...

Le plus cocasse dans cette affaire, c'est que ce soit de Nice que ressurgisse ce débat. Une ville qui s'est construite sur une immigration massive, qui tire une partie de sa croissance de ses riches touristes étrangers, qui n'a été rattachée a la France qu'il y a un peu plus de 150 ans....Non décidément, tout cela ressemble bien à une opération électoraliste, elle aussi... ostentatoire…

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.